« Dewey » Vicki Myron

Dewey
Vicki Myron (et Bret Witter)
Trad. Bérengère Viennot
JC Gausewitch Editeur, Paris, 2008.

Dans une petite ville un peu paumée de l’Iowa, la directrice d’une bibliothèque municipale découvre un matin d’hiver, en ouvrant sa boîte aux livres, un chat à demi mort de froid. C’est avec ce début digne d’un conte de fées que s’écrit l’histoire de Dewey, le chat de bibliothèque probablement le plus connu du monde. L’ancienne directrice nous raconte son intégration à la bibliothèque, ses pitreries, ses habitudes félines…
Bibliothécaires amoureux ou amoureuses des chats, voici un livre pour vous! Ne vous y méprenez pas, ce n’est pas exactement un roman, même s’il en a la forme. Vicki Myron ne cherche pas à faire du style littéraire. C’est tout simplement l’écriture du coeur, si on peut dire ça comme ça. Le lecteur apprend la situation et une partie de l’histoire de la ville de Spencer, ce qui aide pour comprendre pas mal de choses, notamment les combats de Vicki pour que sa bibliothèque soit vivante et attractive (nous devrions en tirer quelques leçons ainsi que quelques bonnes idées).
Parallèlement aux récits épiques deweyiens, Vicki Myron s’épanche sur une tranche de vie difficile, des épreuves personnelles qui ont été rendues supportables par une boule de poil sur pattes. Même si l’auteur se défend d’avoir l’air niaise, il est vrai que le récit tire parfois un peu vers le pathos. Mais on ne lui reproche pas trop. Après tout, c’est une histoire exceptionnelle : un chat de bibliothèque adulé dans le monde entier – et encore maintenant, deux ans après sa mort! Alors merci Vicki de nous l’avoir fait partager. C’est un moment de lecture simple et touchante.
Et cette célébrité risque de continuer : le roman sera probablement adapté au cinéma avec Meryl Streep dans le rôle principal. Priez tous St Dewey pour que les scénaristes n’hollywoodisent pas trop son histoire en y ajoutant plein de miel et d’idéal américain…
*** *** ***
Les livres ont survécu à la télévision, à la radio, au cinéma parlant, aux premiers magazines, aux premiers journaux, aux spectacles de marionnettes Punch et Judy et aux pièces de Shakespeare. Ils ont survécu à la Seconde Guerre mondiale, à la guerre de Cent Ans, à la peste noire et à la chute de l’Empire romain. […] Ils ne se laisseront pas assassiner par Internet.
Et les bibliothèques non plus. Nous ne sommes peut-être plus le sanctuaire de livres au réconfortant silence d’autrefois, mais nous sommes plus utiles que jamais à la communauté. Nous sommes connectés au monde comme jamais nous ne l’avons été. Nous pouvons commander des livres n’importe quand et faire des recherches en appuyant sur un bouton. Nous communiquons entre bibliothécaires grâce à un panneau d’affichage électronique, nous échangeons nos astuces et nos informations essentielles pour rendre chaque bibliothèque meilleure et plus efficace. […] Le taux de fréquentation de bibliothèque municapile de Spencer ne cesse de grimper. Qu’ils viennent pour emprunter des livres, louer des films, jouer à des jeux vidéos ou juste rendre visite à un chat, quelle importance?
P 210-211

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là!
Dewey Readmore Books : son site perso
La dévoreuse de livres

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s