« Le premier qui pleure a perdu » Sherman Alexie

Le premier qui pleure a perdu
Sherman Alexie
Trad. de l’américain : Valérie Le Plouhinec, ill :  Ellen Fortney
Albin Michel, « Wiz », 2008.
National Book Award 2007

 Arnold est un jeune indien Spokane né dans sa réserve. D’une maladie de naissance, il hérite une faiblesse et un physique plutôt minable qui font de lui le bouc-émissaire de la réserve. Soudainement, il décide d’aller à Reardan, un lycée de Blancs. De là, il peut observer sa réserve avec du recul, voire de l’humour et réfléchir sur sa condition et celle des siens.

Voilà un roman qui rassemble à peu près tous les élements pour faire une vie : humour, joie, tristesse, deuil, auto dérision, angoisse, espoir… De moins bons auteurs rendraient tout ça extrêmement brouillon, mais pas Sherman Alexie. Il choisit une courte période dans la vie d’Arnold, un moment-clé, une charnière pour accéder à la vie adulte. Le récit est ponctué d’illustrations humoristiques qui allègent souvent les sujets les plus graves.

On connaissait déja Sherman Alexie pour ses romans policiers pour adultes (Indian Killer, La vie aux trousses…). Pour sa première incursion dans la littérature jeunesse, on peut facilement dire qu’il casse la baraque. Un personnage touchant (et très autobiographique…), une action prenante, un style accrochant, tout y est…

On aime, on aime pas? Allez voir par là!
Télérama
Blabla bibli
Les lectures de Cachou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s