« Noire comme le café, blanc comme la lune » Pili Mandelbaum

Noire comme le café, blanc comme la lune
Pili Mandelbaum

Ecole des Loisirs, coll. « Pastel », 1989.


Nana est triste : elle voudrait bien changer sa couleur de peau pour être blanche comme son papa. Son ingénieux géniteur trouve toutes sortes de bêtises à faire pour la convaincre qu’elle est bien jolie comme elle est.

J’inaugure cette catégorie, que j’aurais pu appeler « séquence nostalgie », avec un album que j’ai retrouvé hier en faisant des recherches pour une institutrice. Je sursaute, et parfois même, j’irais presque jusqu’à pleurer quand je retrouve par hasard ces albums-là, dont je connaissais la moindre ligne dans mon enfance.
Les illustrations de celui-ci sont bien sûr assez kitsch et ont fait leur temps, mais ça n’en reste pas moins une histoire très tendre sur l’acceptation de soi, l’amour filial, et si on veut parler en termes politiques, la lutte contre le racisme (quel manque de poésie, mais bon, c’est aussi le sujet).
En attendant que je retrouve mes albums, car ma douce mère soutient qu’ils sont quelque part dans la maison, je les pèche dans les collections de la médiathèque. Il faudrait que j’aille faire une expédition dans la réserve… A suivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s