« Toi, lumière de ma nuit » Grenier, Camprubi

Toi, Lumière de ma Nuit
Christian Grenier
Krystal Camprubi (illustrations)
Portelune productions, « Albiréo, la plume et le pinceau », Metz, 2008.

Onir est un jeune homme particulier : chaque matin, il se réveille dans une époque différente. Chaque matin, il doit apprendre qui il est, quel est son métier. Un fil conducteur finit par apparaître en lui. Dans ses rêves, il visite le même endroit, voit le même visage. Peu à peu, il se laisse guider vers le Royaume auquel il appartient  : l’Empire des Songes. Contrée qu’il avait délaissée il y a bien longtemps, il doit en retrouver le chemin en passant à travers des épreuves initiatiques : retrouver la mémoire, trouver l’harmonie qui lie tous les éléments, résister à la tentation d’un Réel fade et facile…

Voilà un livre qui était ma bonne surprise du Salon du Livre jeunesse de Montreuil cette année. Je suis tombée sur ce petit stand où Christian Grenier (site off et blog) et Krystal Camprubi signaient un livre qui avait, à première vue, tout pour me plaire. J’avoue que je pensais que l’histoire ne serait qu’un prétexte à de belles illustrations, comme c’est souvent le cas dans ce genre d’ouvrages. Mais il a fallu que je tombe sur une perle!
J’ai pris un plaisir immense à me plonger dans ce roman illustré – plonger au sens propre du terme : le format vous y invite. Le texte est très poétique, et surtout, il s’accorde parfaitement avec les illustrations. C’est vrai, après tout c’est le but d’un tel ouvrage! Pour le coup, c’est réussi. Je ne ferai pas plus de louanges du style de Christian Grenier. Après tout… c’est Christian Grenier 😀
La jeune (et fort sympathique) Krystal Camprubi suit un chemin très prometteur. Après papotte avec Julien (je crois me souvenir que c’était Julien, oui), représentant les éditions Portelune, il m’a expliqué que Krystal était autodidacte – « Merde alors! » me suis-je dit en moi-même – et qu’elle était très modeste.
Mais il y a de quoi être fière, chère Krystal. Les illustrations montrent déjà une maîtrise aboutie d’une pluralité de techniques. Des dessins à l’ordinateur, certes, mais aussi des aquarelles, et des crayonnés très réussis (et des peintures à l’huile, honte à moi qui ai oublié les peintures à l’huile!).
Je regrette simplement que les personnages ne soit pas un peu plus variés… Quelle abondance de femmes! Mais elles ont chacune leur place et leur utilité dans cette histoire sur fond celtique-fantasy – on peut voir filtrer les influences littéraires d’une médiéviste accomplie.

On aime, on n’aime pas? Allez voir par là!
Yozone
Soleil vert
Clair obscur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s