« Un coeur brisé » Jacqueline Wilson

Un coeur brisé
Jacqueline Wilson
Trad. Anne Krief
Editions Gallimard Jeunesse, coll. »Folio Junior », Paris, 2008.

 

Prudence a 14 ans. Elevée par un père très strict et quelque peu réac’, elle n’est jamais allée à l’école et n’a jamais l’occasion ni le droit de sortir de chez elle. Après une attaque cardiaque, son père doit faire un séjour forcé à l’hôpital pour une rééducation intensive. Sa mère décide de l’envoyer elle et sa petite soeur Grace au collège le plus proche. Alors que Grace s’intègre vite, Prudence a plus de mal. Son talent en arts plastiques la rapproche un peu trop de son professeur, M. Raxberry, dont elle tombe amoureuse.

C’est après une polémique outrée de mes collègues mères de famille que j’ai décidé de lire ce livre. Apparemment, c’est très apprécié chez les jeunes filles, également, alors il était temps que je me fasse une opinion.
Je dois avouer que c’est avec plaisir que l’on plonge dans un paysage  très britannique qui me tient toujours à coeur. Prudence est enfermée dans cette famille qui pense encore comme à l’époque victorienne, et qui, de plus, n’a pas un sou vaillant. Elle flotte dans un univers très littéraire et artistique (son père étant libraire), ce qui permet à Jacqueline Wilson de passer en revue les classiques anglais très appréciés en ce qui concerne les histoires d’amour : Les Hauts de Hurle-Vents, Jane Eyre entre autres sont les favoris de Prudence.
Cela dit, je vois plutôt ce roman comme une sorte de rite de passage. Comment une enfant de 14 ans se sort-elle d’un univers imaginaire extrêmement prononcé pour affronter le monde de l’extérieur, très rude et bien différent des livres des soeurs Brontë? Elle s’attache à la seule personne sympathique qui se présente à elle : son professeur. Certes, il est marié et a deux enfants, mais rien n’est impossible, hein Prudence? (Haha) Finalement, notre héroïne doit voir la vérité en face : la vie n’est pas toujours un roman. Elle doit mettre de côté son amourette (et son égoïsme éhonté!) pour le bien de tous. Elle est différente, mais il faut surmonter cela pour s’intégrer malgré tout.
Le style est simple, et même si les personnages peuvent être parfois absolument insupportables, c’est une lecture mignonnette. Quant à l’histoire d’amour, relaxez-vous, ce n’est que quelques bisous, comme a dit une de mes collègues « ils se pourlèchent un peu la pomme! » Mais le personnage du professeur est assez éloigné de la réalité… Aucun danger pour vos petites filles donc 😀

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là!
Des enfants et des livres

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s