« Au rebond » Jean-Philippe Blondel

Au rebond
Jean-Philippe Blondel
Actes Sud Junior, « Romans Ado », 2009

 

A la disparition de Christian, Alex prend les choses en main et, appuyé par sa mère, il va frapper à la porte de son ami. Ce dernier est au milieu d’une tempête familiale qui détruit tout sur son passage. Alex et sa mère l’aident à reconstruire ce qu’il reste de sa famille.    

 

Ce fut ma première approche des romans ado d’Actes Sud Junior, mais je dois avouer que je flairais déjà la qualité, notamment grâce aux louanges de mes collègues. Je n’ai pas été déçue!
Le lecteur s’invite dans les pensées d’Alex, notre narrateur. C’est autour d’une réflexion sur l’amitié que débute le roman, réflexion très bienvenue, mature et profonde, qui introduit parfaitement le noeud de l’histoire. Nous retrouvons un thème très récurrent dans la littérature ado actuelle : le divorce. Les parents de Christian se séparent de manière très brutale. La famille, les idéaux, tout s’écroule, le moral de la mère avec, et le fils pas assez fort pour tout porter seul. Il doit en même temps gérer ses propres émotions, s’inquiéter du regard des autres, entretenir une mère. Comme souvent, les rôles sont inversés dans ces cas-là.
Cependant, par un des mystérieux mécanismes du style, l’auteur fait en sorte que cette thématique ne soit pas la seule, ou en tout cas, qu’elle ne prenne pas tout à fait le pas sur la notion beaucoup plus positive et optimiste qu’est la solidarité, l’entraide. La preuve en est que le narrateur n’est pas Christian, mais bien Alex.
Le mouvement même qu’imprime le roman montre que la roue tourne, et que si lon peut se retrouver en bas, il y a aussi des moyens de remonter. L’auteur débute ainsi le roman avec un ton assez froid, aux phrases courtes, qui représente l’état de questionnement dans lequel se trouve Alex. L’incertitude et le doute poussent à prendre des risques, sous une impulsion adulte et maternelle bienveillante. La mère d’Alex est une figure adulte positive dont l’expérience est indispensable, certes pour réparer les dégats dans la famille de Christian, mais surtout pour faire le premier pas, celui qui coûte le plus.
Il se dégage finalement de ce roman beaucoup de dynamisme, une grande énergie positive malgré le sujet. Je m’attendais un peu à quelque chose de déprimant, je dois l’avouer. Mais ce roman fait la part entre la douleur et la reconquête de soi, avec beaucoup de réalisme. Pour sonner biblique, je dirais qu’il y a un temps pour tout dans la vie! Ce roman est l’esquisse d’un nouveau départ, une charnière.
On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s