« Jeu de mains » Adeline Yzac

Jeu de mains
Adeline Yzac
Editions du Rouergue, doAdo, Rodez, 2009

 

Valantin est adolescent avec tout ce que cela comporte… incompréhension des adultes, poussée soudaine du corps et du sexe, surtout du sexe d’ailleurs. Valantin aime se sentir au chaud dans ses fantasmes, mais il règne une gêne. Est-ce normal de se toucher, de donner des surnoms affectifs à sa verge? Peut-être qu’une paire de ciseaux aidera à résoudre tout ça.

Dernièrement, j’ai lu deux romans aux thématiques assez proches, mais complètement opposés l’un à l’autre. Je commence avec celui-ci, dans le genre « coup de poing ». En le choisissant, j’ai cru qu’il n’allait pas me plaire du tout, et donc que j’aurais une occasion de démolir un livre (quelle cruauté)… Heureusement, je n’ai pas perdu mon temps!

Nous nous retrouvons une fois de plus confrontés à un portrait d’adolescent qu’on peut croire assez basique. Ses parents le lourdent, ils ne comprennent rien, et en plus, ils l’empêchent de fermer sa porte à clé, ce qu’il fait qu’il ne peut pas se masturber tranquillement. Si c’est l’impression que l’on peut avoir au début du roman, elle se dissipe vite pour laisser place à une réflexion plus profonde que ce à quoi je m’attendais, soutenue par un style tout à fait percutant et franc. On sent l’adolescent ressentir le doute, les angoisses qui définissent l’adolescence comme le moment charnière de la vie.

Qu’est-ce qui me permet d’affirmer cela? On pourrait rapidement s’arrêter au fait que Valantin passe son temps à nous parler de son sexe. Mais l’intéressant, c’est justement qu’il bâtit une petite philosophie du plaisir. Nul besoin de vidéos pornographiques sur Internet pour alimenter son imagination, la vue des filles lui suffit. C’est une manière pour lui de mieux appréhender ce nouveau corps qui lui semble presque étranger.

Parmi ces réflexions adolescentes s’insère cette obsession des ciseaux. Je tire mon chapeau à Adeline Yzac de réussir à tenir le lecteur en haleine du début à la fin du roman pour savoir ce qu’il adviendra… d’une paire de ciseaux rouges. L’imagination du lecteur tourne à plein régime. Leur sort final est une conclusion et un écho à toute la réflexion menée par l’adolescent. Un parfait point final.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là!
Eliabar
Blablabibli
Les jardins d’Hélène

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s