« Mary Tempête » Alain Surget

Mary Tempête
Le destin d’une femme pirate

Alain Surget
Editions Flammarion, 2007.

 

Après la mort de son frère aînée, la jeune Mary Read doit s’habiller en garçon, afin de continuer à recevoir l’argent d’une vieille tante, maigre allocation qui permet à elle et à sa mère de survivre. Mary devient donc Willy, apprend et prend goût à la vie de garçon. Après quelques vaines tentatives pour mener une vie de femme normale, elle reprend son identité masculine et s’engage dans la marine. Son vaisseau est abordée par le pirate Calico Jack, et elle se voit obligée de rejoindre la piraterie… à laquelle elle prend rapidement goût.

J’ai vraiment traîné pour lire ce roman… Vilaine fille. Alors que j’aurais pu le dévorer en quelques jours.
Alain Surget nous offre un roman historique d’une grande qualité. Il s’attaque, que dis-je, il aborde, le personnage de Mary Read, célèbre femme pirate, ainsi que sa compère Anne Bonny, et leur Capitaine, Jack Rackham… Rackham, cela vous dit quelque chose? Il a inspiré le personnage de Rackham le Rouge dans Tintin! Et l’on retrouve Mary Read dans Lady Pirate de Mireille Calmel… Une pierre supplémentaire à l’édifice de la piraterie féminine, puisque Alain Surget rend un bel hommage à notre héroïne.
Il nous emporte avec un style à la fois léger comme le vent, mais parfois chargé de tristesse durant les tempêtes de la vie de Mary. Cette dernière est sans cesse tiraillée entre ses deux identités. Parfois femme et mariée, parfois homme vagabond… Il y a toujours des ennuis, quelque soit son choix. C’est finalement la vie d’homme qu’elle choisit, et qui lui convient le mieux. En effet, Mary l’indomptable est diamétralement opposée à la femme du XVIIIe siècle, celle qui tient une maison et élève des enfants, celle qui est assignée aux corvées ménagères. On assiste alors au combat acharné d’une femme qui veut absolument une place dans la vie qu’elle a choisi. Thématique courante, me direz-vous, mais cela ne l’empêche pas d’être très bien traitée par Alain Surget, dont la notoriété n’est plus à faire.
    Mary Tempête, c’est un tourbillon de multiples émotions : l’aventure, l’amour, le doute, le suspense, le chagrin… Le lecteur est pris dans des batailles acharnées, assez réalistes pour être sanglantes et violentes (c’est un roman jeunesse, mais quand même…), Mary et Anne étant les éléments les plus téméraires de l’équipage. Mary monte les échelons de la marine, ce qui nous permet d’avoir une vision d’ensemble des tâches sur un navire : du simple assommeurs de rats, au second du capitaine, tout y passe. On ne peut pas reprocher à Alain Surget de ne pas s’y connaître… Il n’est pas avare en vocabulaire nautique! Certains passages en sont si bien saturés, qu’on ne comprend plus grand chose. Certes, tous les termes sont expliqués en fin d’ouvrage, mais cela est dommage qu’ils tombent tous en l’espace d’un ou deux paragraphes.
Cependant, c’est un des seuls reproches que je peux faire à ce roman. Je pourrais vous dire qu’il y a quelques longueurs, mais étant donné le temps que j’ai mis pour le lire, je pense que ce serait un jugement faussé! Je rajoute à ma liste le roman de Mireille Calmel pour comparaison.
De Mary, on ne sait pas finalement s’il faut retenir la femme ou l’homme. Dans ce cas-là, il vaut mieux retenir le pirate légendaire, en éternelle quête de la liberté pure.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là!
Petites madeleines
Claire
Blablabibli

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s