« Papa et maman sont dans un bateau » Marie-Aude Murail

Papa et maman sont dans un bateau
Marie-Aude Murail
Ecole des Loisirs, « Médium », 2009

 

Malgré les apparences, la famille Doinel est unie. A travers les épreuves de la vie quotidienne dans lesquelles le lecteur les suit, chaque personnage poursuit le même but qui finit par tous les réunir.

Voilà un résumé bien énigmatique. Mais il est très difficile de réduire à quelques phrases ce roman relativement épais, qui est un pur moment de bonheur, certes, mais qui rapporte beaucoup d’évènement quotidiens longs (et inutiles) à énumérer ici.

Le roman débute lentement, et plusieurs fois, je me suis demandée où l’auteure voulait m’amener, mais je l’ai suivie. Quelque chose dans l’écriture me disait de poursuivre la lecture. Les quatre premiers chapitres narrent une journée type pour chaque membre de la famille : la mère, institutrice qui chante des comptines, calme les agités et chapeaute les ateliers ; le père, chef d’une compagnie de transports aux employés peu probables mais attachants, en pleine restructuration ; la fille : collégienne garçon manqué, fan de manga ; le fils : enfant victimisé par ses camarades mais potentiellement brillant.

Le grand problème qui ressort de tout cela est le manque de temps pour sa famille, pour partager ses sentiments, pour s’arrêter dans un monde où on nous force sans cesse à courir. C’est une souffrance qui se manifeste quotidiennement même si tous s’efforcent de la dissimuler.

La moindre des choses est de souligner une description très fine de la psychologie des personnages, en-dehors d’un style qui, bien entendu, n’a plus rien à prouver. Il aurait été facile de tomber dans les clichés, surtout en ce qui concerne l’enseignement ou l’adolescence, mais il n’en est rien. Tout est authentique. Le lecteur bénéficie d’une vue d’ensemble grâce au point de vue omniscient. Cependant, le narrateur n’est pas neutre, il s’adapte tour à tour à chaque personne de la famille, si bien qu’on aurait presque l’impression d’être au cinéma : tantôt des plans larges, tantôt des gros plans « dramatiques ». De manière générale, le lecteur devient arbitre d’un combat qui se réitère tous les jours… et il en attend l’issue avec impatience.

Papa et maman sont dans un bateau
est un roman qui démontre que l’on trouve la force d’avancer lorsque l’on a la certitude d’appartenir à une communauté soudée (malgré les doutes inévitables) où chacun s’aime sans forcément le crier sur tous les toits.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là!
Les lectures de cachou
La fée bourbonnaise
Incitatus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s