« Un amour de petite soeur » Roger Judenne

Un amour de petite soeur
Roger Judenne
Oskar Jeunesse, Paris, 2008

 

Mélissa et Cinara sont frères et soeur, tous les deux des enfants adoptés. Cet été-là, Mélissa décide de la destination des vacances de sa famille : ce sera la Réunion, son pays d’origine. Ce voyage est révélateur, surtout pour Cinara qui se voit forcé d’admettre la réalité : il est amoureux de sa soeur.

 

Sujet délicat pour un roman qui se présente visuellement comme très léger, avec une histoire d’amour qui prime sur le reste. Moi qui n’avais jamais lu Roger Judenne, j’ai saisi l’occasion.

J’ai d’emblée envisagé cela comme une littérature récréative. Je ne pense pas qu’il y ait quoi que ce soit à prendre au sérieux dans cette histoire. Il s’agit en effet d’une frère et une soeur adoptés qui développent des sentiments amoureux l’un envers l’autre. Mélissa choisit sa destination non pas pour faire des recherches sur sa mère biologique, comme le croit désespérément sa mère adoptive, mais dans un autre but.

L’intrigue telle qu’elle est résumée aurait pu donner lieu à un livre bien plus profond et sérieux, et empreint de réalisme. Ici, tout est habité par le romantisme. La Réunion est décrite dans toute sa splendeur touristique et folklorique : la mer, le sable fin, les fleurs, les couleurs, les senteurs, les nuits chaudes, les lézards mangeurs de moustiques dans la salle de bain… C’est dans ce paysage idyllique et paradisiaque qu’évolue Cinara, le personnage le plus pénétré par un sentiment de réalisme tel que l’on peut l’imaginer. Mélissa, par conséquent, a plutôt l’air d’une tentatrice que d’une belle vahinée. Ses caprices, ses allusions, sa minauderie perpétuelle tend à pousser Cinara à bout comme on le fait avec un « amant ».

Après avoir terminé ce roman, qui m’a laissée un peu perlexe, j’ai fait quelques recherches sur Internet concernant le droit de la famille, et notamment le mariage entre les frères et soeurs adoptés. Il semble que la loi soit la même, que la filiation soit biologique ou juridique.

Finalement, ce roman me laisse un goût étrange dans la bouche. On pourrait se dire que c’est un roman très ambigu qui entraîne vers des fantasmes bien étranges, et dont le sujet abordé est en totale contradiction avec la légèreté du style. La seconde option, c’est de prendre ce roman tel qu’il est : une histoire d’amour tout simplement. Le sujet des premières expériences sexuelles a été évité au profit d’un autre obstacle. A chacun de choisir!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s