« La sorciere de Porquerac » Roland Godel

La sorcière de Porquerac
Roland Godel
Seuil Jeunesse, « Chapitre », 2009

 

France, Moyen-Âge. Camée est une jeune fille rebelle et bohème qui préfère plus que tout passer du temps dans la forêt. Jehan, un jeune manant qui a grandit avec Camée se rapproche d’elle et gagne son coeur. Gontrand, fils du seigneur local, tyrannique, cruel et imbu de sa personne n’a qu’une obsession : faire cesser l’idylle naissante.

Il faut bien changer de temps en temps des femmes pirates! Cette fois-ci, voyage dans les temps médiévaux à la douce époque de la chasse aux sorcières…

Pour ce roman, si vous souhaitez connaître la fin, commencez par le début! En effet, l’auteur ouvre son récit par le dénouement, puis remonte 17 ans en arrière. Malgré cette structure, on est facilement emporté par le cours de l’histoire. La primauté est donnée à l’intrigue amoureuse qui est liée dans ce triangle fatal. On la voit naître et s’épanouir, avant que les malheurs ne la transforme en drame romantique. Les personnages sont finement décrits, avec assez d’emphase pour provoquer l’empathie chez le lecteur.

Camée est soupçonnée de sorcellerie, comme souvent, à cause de sa connaissance de la médecine par les plantes. L’auteur reprend dans les grandes lignes le cours que pouvait suivre un procès contre une « sorcière ». Il est notamment assez documenté au niveau des ouvrages de référence qu’utilisaient les juges, ou dans notre cas, le chevalier. Il évoque le Formicarius et le Malleus Maleficarum, tout deux écrits au XVIe siècle. Il est intéressant de noter que le second, beaucoup plus poussé dans la stigmatisation (et les méthodes de torture) des dites sorcières, fut interdit par l’Eglise catholique, détail que l’auteur n’oublie pas de faire figurer dans son roman.

Enfin, Roland Godel, en plus de nous offrir un roman documenté et touchant, nous porte avec un style au vocabulaire très recherché, mais qui ne perd pas le jeune lecteur pour autant, puisque la plupart des définitions sont données. C’est un roman très émouvant et qui peut donner envie d’en savoir un peu plus sur une période très obscure de l’Histoire. Pour ceux que cela intéresse, il me semble que le texte des deux ouvrages anti-sorcières cités plus hauts sont disponibles en ligne.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là!
Parolimage Dado
Otium
La soupe de l’espace

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s