« Tics olympiques » Roland Fuentès

Tics olympiques
Roland Fuentès
Syros, « Tempo », 2009

Le jeune Julien a des tics qui lui valent pas mal de moqueries à l’école. Il n’y a que lorsqu’il s’entraîne au club de natation que ses tics disparaissent. Pendant les Jeux Olympiques de Pékin, il décide de livrer une ultime bataille contre ses manies qui envahissent sa vie.

C’est la veille de l’office, quelques romans sont restés sans lecteur, et c’est sur celui-ci que mon choix se porte. Ce n’est pas réellement innocent… j’avais déjà lu les Voleurs de vent de Roland Fuentès.

Comme je m’y attendais, le roman est très bien écrit, et le style est bien adapté au public visé (9-10 ans). Le début livre une fine analyse psychologique de Julien. La seule chose qui m’ait inquiétée durant quelques pages était cette description des symptômes. J’ai eu peur que l’on ait affaire à une sorte de livre médicament qui apprenne aux jeunes enfants atteints de manies encombrantes – j’insiste sur le fait qu’il n’est pas question ici de TOC mais bien de tics, phénomène moins grave – qui leur apprenne comment s’en débarasser.

Passée cette petite inquiétude, le reste du roman est très agréable, et l’on est facilement emporté dans l’enthousiasme et la combativité de Julien, un personnage très attachant au demeurant. Le lecteur a également l’occasion de revivre toutes les plus grandes épreuves de natation des derniers JO. En effet, Julien vit à Aubagne, ville natale d’Alain Bernard. Sa famille n’a pas dû être la seule à se lever à 4 heures du matin pour regarder en direct la course finale! Là encore, Roland Fuentès a échappé au piège de l’ennui. Si des descriptions d’événements sportifs peuvent être complètement soporifiques, il les épice grâce au point de vue de Julien et à ses efforts pour remporter la bataille sur son corps, sur son autre lui qui ne lui laisse pas de place pour vivre.

Malgré tout cela, j’ai toujours l’impression, sans pouvoir décrire de quoi il s’agit, qu’il manque un tout petit quelque chose pour que ce roman soit génial. Cela n’en reste pas moins un roman très agréable pour les jeunes enfants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s