« Confession d’une grosse patate » Susie Morgenstern

Confession d’une grosse patate
Susie Morgenstern

Éditions de la Martinière, « Confessions », 2003

On espère en se confessant enlever un poids. C'est le cas de le dire.

Dans cet oeuvre autobiographique, Susie Morgenstern essaie de s’analyser elle-même, ainsi que ses complexes, ses besoins compulsifs de nourriture, afin de comprendre et d’expliquer les raisons de son obésité.

Alors que Mikaël Ollivier complexait par rapport aux autres, voilà l’exemple de Susie Morgenstern qui centre son roman uniquement sur elle-même, en nous confiant toutes ses déprimes, ses déceptions et démotivations au sujet de son surpoids. Elle entreprend méthodiquement un décortication d’elle-même. Lourde tâche…

Comme chez Mikaël, ça commence par un amour déraisonné pour la nourriture. Elle est bonne à tous moments, en cas de peine ou de joie, seule ou avec des amis. Le problème réside ici dans une culpabilité qui suit l’auteur depuis l’enfance, quand sa mère très svelte considérait la minceur comme un critère d’accomplissement et de perfection. Malgré la touche d’humour constante apportée par les illustrations et les extraits de poèmes sur la nourriture, on sent une énorme peine filtrer à travers ce livre. L’auteur entame une vraie thérapie et invite son lecteur à y participer, à tenir un cahier de réflexions qui montre bien le besoin de s’exprimer sur ses complexes et son mal-être. Ce n’est pas forcément une solution mais ça peut aider au moins.

« Un livre que je n’aurais jamais dû écrire », c’est ainsi que Susie Morgenstern décrit cet ouvrage sur son site officiel. Derrière ce style vif et pétillant se cache un aveu qui en coûte à l’auteur. L’écriture sert de masque au chagrin comme le sourire infatiguable de Susie dans la vraie vie. Elle essaie malgré tout de clore ce court livre par une fin semi-heureuse, qui pousse à rire jaune, à rire de ses défauts… Même si…

Diable, que c’est déprimant. On est bien loin d’une mentalité à la Beth Ditto… Cela n’en est pas moins un livre très touchant, honnête et sincère, pour lequel on peut remercier l’auteur mille fois.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Lunazione
L’odyssée d’une libellule
Mes petites lectures

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s