« La déclaration » Gemma Malley

La déclaration
L’histoire d’Anna
Gemma Malley

Trad. de l’anglais Nathalie Peronny
Éditions Naïve, « Naïveland », 2007

L'injustice, c'est que des individus comme toi puissent exister.
Que tes égoïstes et criminels de parents
aient à ce point méprisé la planète et leurs congénères
pour produire une... vermine dans ton genre.

Angleterre, 2140. Le remède contre la vieillesse et la mort a été découvert : le traitement de Longévité. Pour éviter la surpopulation sur Terre, dont les ressources naturelles sont déjà en partie épuisées, un texte de loi nommé la Déclaration interdit de mettre des enfants au monde. Anna est une « surplus », isolée dans une institution spécialisée nommée Grange Hall, où on lui apprend à se faire oublier et à exécuter des travaux ménagers. Elle vit dans la peur et est traitée comme une moins que rien. Un nouveau surplus arrive un jour, plus âgé que d’habitude, un adolescent du nom de Peter.

Premier tome d’une trilogie, La déclaration est un roman exceptionnellement haletant et bien mené. J’en ai eu le souffle court pendant toute ma lecture. Ca fait vraiment du bien de lire un bon vrai roman de fantastique comme celui-là.

Quels sont donc les ingrédients magiques? D’abord, cette ambiance parfaitement oppressante qui règne à Grange Hall. Les dirigeants et professeurs exergent une dictature de la peur sur les enfants, à travers un lavage de cerveau en règle, une doctrine stricte et des punitions violentes et humiliantes. Dans cette organisation, Anna est en voie de devenir un « Bon Élément », un modèle pour tous les autres, une personne qui sait où est sa place. C’est la seule manière de survivre dans un établissement dont on ne peut pas sortir. La tâche de Peter est d’autant plus difficile. Il doit semer le doute dans les convictions d’Anna et remettre en cause son identité.

Le suspense de l’action est très soutenu (j’allais dire intenable, mais je dois être une petite nature). Malgré un style très fluide et qui se lit facilement, l’auteur ne passe sur aucun épisode brutalement violent ou insupportablement injuste. L’espoir ne tient qu’à un fil, plus fin qu’une toile d’araignée. Au sein d’une société aux moeurs décadentes, les personnages doivent lutter pour retrouver la liberté de vivre et de penser par eux-mêmes.

C’est donc le début d’une belle épopée sur la rébellion, l’amour et la liberté. Frappant, émouvant, grave et juste, ce roman est un des meilleurs que j’ai lu depuis des mois. Il sensibilise et fait réfléchir sur des sujets d’actualité, la fiction se révèle être tout à fait probable (et ça fait d’autant plus peur), il est intelligent et touchant. Je n’imagine même pas le résultat si jamais la série était adaptée au cinéma… Le second tome est intitulé Résistance, et le dernier, Révélation, paraît en avril. Seul bémol : la couverture. On dirait avoir affaire à un roman sentimental. Si bien que l’éditeur est forcé de mettre un pitch pour expliquer la base de l’histoire…

Jetez-vous sur ce livre. Sans attendre.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Clarabel
Book’in
Mon coin lecture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s