« Bière grenadine » Hélène Vignal

Bière grenadine
Hélène Vignal

Éditions du Rouergue, « doAdo », 2007

Nous, on a pas eu de place dans cette histoire.
C'étaient les adultes qui souffraient.
Nous amours à nous, notre fraternité déchirée,
c'étaient juste des dommages collatéraux.

Claire est à l’enterrement d’Yvan, son meilleur ami, son frère, son amoureux secret depuis aussi loin qu’elle se souvient. Il y a six ans, ils ont été séparés contre leur gré. Le père de Claire trompe sa femme avec la mère d’Yvan, et tout est détruit. Claire tente de faire son deuil, bien trop consciente du temps perdu définitivement.

Dur d’écrire sur ce livre. Il me ramène à des souvenirs de famille très douloureux et toujours vifs. Pas la partie « tromperie », je vous rassure, mais la partie « séparation à cause de débilités adultes ». C’est pour ça que ce roman m’a touchée à ce point-là.

La jeune Claire doit affronter un deuil inattendu qui la frappe de plein fouet. Pour cette séparation, elle sait à qui s’en prendre et cela ne l’apaise pas. Elle bouillonne d’un sentiment d’injustice puissant : la douleur des adultes est forcément plus importante que celle des enfants. Un deuil, ça force à se tourner vers le passé, et à reconstituer toutes les années passées, ces moments où on a pas saisi la chance de se parler. Devant la tombe, il est trop tard. Il faut revivre tout ça afin de pouvoir accepter le bon comme le mauvais et renaître de ses propres cendres. Mais les cicatrices ne disparaissent jamais. Elles sont là, elles font partie de soi.

Ce court roman est écrit avec sensibilité et justesse. Il est fort, grave et vrai. Claire porte bien son prénom : lucide, entière et droite malgré son amertume. Elle n’est pas atteinte par la mollesse de la tristesse mais emportée par sa rage, ses regrets et son sentiment d’injustice. Le style se plie à ses humeurs : colérique, froide et dure. Forcée au silence pendant 6 ans, elle se vide de tous ses regrets, sans pathos, c’est la douleur dans son plus simple appareil.

Le portrait d’une adolescente en pleine renaissance. Juste parfait.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là!
Les lectures de Florinette
Tout Zazimuth

Bibliothèque du Dolmen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s