« Mushishi » Yuki Urushibara

Mushishi
(10 volumes)

Yuki Urushibara
Éditions Kana, « Big Kana », 2007 à 2009

Toi aussi tu peux voir les mushi?

Ginko voyage à travers le Japon à la recherche de phénomènes inexpliqués, souvent signes de la présence parmi les humains d’un nombre important de mushi. Ce sont des organismes à la source de toute vie, des éléments primaires que seules certaines personnes peuvent voir. Lorsqu’ils sont trop nombreux, des dérèglements se produisent et bouleversent la vie de la population. Ginko tente de résoudre ces problèmes, c’est un mushishi, un expert en mushi.

J’ai tout de suite été attirée par cette étrange histoire de mushi. Je n’ai pas tout de suite compris de quoi il s’agissait, et c’est d’ailleurs assez difficile à expliquer. Mais le concept devient de plus en plus clair au fur et à mesure des histoires. Le lecteur est emporté comme dans un tourbillon, et c’est un peu étourdie que j’ai terminé la lecture des premiers tomes… Avant de me précipiter sur les suivants.

Ginko, le personnage principal, est très énigmatique. Ayant eu lui-même un souci avec des mushi dans son enfance, le seul but de sa vie est désormais de les étudier et d’aider les gens à vivre avec. Les différents mushishi qu’il croise ou qu’il connaît n’appliquent pas tous la même technique. Certains veulent anéantir les mushi qu’ils considèrent comme des nuisibles. Mais Ginko, lui, tente de rétablir un équillibre, entre ces organismes naturels, trouvant leur énergie à la source de la vie. Ils ne doivent pas être éliminés mais régulés.

On retrouve ici une thématique toute japonaise : l’environnement, l’accord avec la nature, l’harmonie. C’est une mission  défendue de manière nonchalante par Ginko. Ces mushi provoquent des événements qu’en Occident on appellerait « surnaturels », « paranormaux ». En effet, l’auteur se base, pour certaines histoires, sur des anecdotes entendues dans sa famille ou des légendes connues. Elle intègre donc ces situations étranges à un état naturel des choses.Comment dire, à part que tout doit vivre en harmonie?

Le dessin, enfin, est parfaitement enchanteur. L’auteur nous plonge dans de magnifiques paysages de montagnes, de bords de mer, de forêts, autant de paysages différents qu’en compte le Japon. Les intrigues se déroulent pour la plupart dans la campagne, ou dans de petites villes. Les personnages sont tous en costume traditionnel, ce qui rend l’époque difficile à cerner, ou plutôt ce qui rend ces histoires intemporelles.

C’est une magnifique série, à la fois par le dessin et la narration, originale et authentique.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là…
Shinmanga
Madinkeard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s