« Comme des trains dans la nuit » Anne Percin

Comme des trains dans la nuit
Anne Percin
Editions du Rouergue, « doAdo », 2011

Regarde, c'est facile, il suffisait d'oser :
ça sort tout seul, ça vient de moi,
ça va vers toi. Vers le monde.
C'est pas vrai qu'on va crever. C'est pas vrai.
 Putain, on est vivants!

On a chacun notre manière de passer de l’adolescence à l’âge adulte. Souvent, avec quelques obstacles. On brûle des fermes, on a du mal à s’avouer notre amour, on s’immerge dans la création, on déterre des secrets de famille…

La réputation d’Anne Percin comme auteur pour les adolescents de haute qualité n’est plus à faire. Elle est en effet de plus en plus prolixe et plonger dans ses romans, c’est l’assurance de ne pas être déçu. J’ai quelques auteurs comme ça, quand je n’ai plus d’inspiration pour lire, je fais appel à eux. Et c’est toujours une réussite. Vous voyez, là, j’ai deux Percin sous le coude pas encore lus (Le premier été et Comment (bien) gérer sa love story) et un qui est lu et qui attend sagement d’être critiqué ici (Comment (bien) rater ses vacances).

Dans Comme des trains dans la nuit, Anne Percin s’adonne à l’exercice toujours un peu périlleux de la nouvelle, et forcément, elle cartonne. Avec son écriture aboutie, elle donne aux histoires la longueur idéale : l’histoire est consistance, va a l’essentiel, du vrai concentré. Chaque nouvelle a un goût unique : acide, brûlé, sanguin… On explore la violence intérieure en dégradé d’adolescents. Mais toujours avec espoir. Frustrés, étouffés, ils ont besoin d’extérioriser ce mal-être, de l’exorciser pour aller de l’avant, et le plus vite possible car l’asphyxie n’est pas loin.

Ce sont des histoires dures avec un style qui va avec. Des sous-entendus lourds de secrets cachés ponctuent ces récits et augmentent la tension. Tout comme dans la vie. C’est fort et prenant, c’est cathartique. C’est bon, c’est réussi, c’est du Percin.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Un petit bout de bibliothèque
Fantasia (Sophie PIlaire)
Le jardin d’Hélène

Les routes de l’imaginaire

Publicités

4 réflexions sur “« Comme des trains dans la nuit » Anne Percin

  1. Merci infiniment de vos très belles critiques,, que je viens de découvrir en bloc et d’un coup. Du coup, c’est presque trop pour mon paubvre coeur sauvage !

    1. Mais nous nous connaissons déjà, vous vous souvenez? J’avais l’autre blog Suspends ton vol où il y avait eu débat dans les commentaires avec vous sur la bibliothécaire de « L’âge d’ange »! Comme je le dis, j’apprécie toujours vos romans. C’est pas d’ma faute aussi, z’avez qu’à ne pas écrire si bien… Et j’ai fait une active propagande auprès de mes collègues bibliothécaires. Elles ont aimé aussi.
      Alors continuez, continuez! Comme je disais dans un autre commentaire, ces bons moments de lectures sont inestimables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s