« Première fois » Burgess, Fine, Hooper et leurs copains

Première fois
Melvin Burgess, Anne Fine, Keith Gray, Mary Hooper, Sophie Mckenzie, Patrick Ness, Bali Rai, Jenny Valentine
Traduction de l’anglais Laeticia Devaux et Emmanuelle Casse-Castric
Gallimard, « Scripto », 2011

On ne peut pas se passer de certains mots 
parce que c'est la vraie vie, 
mais on ne peut pas les imprimer 
parce qu'on est trop jeunes pour lire ce qu'on fait. 
(Patrick Ness)

Entre une vieille qui parle de sexe à table, les premiers émois homosexuels, une miséreuse qui se prostitue, la virginité avant le mariage en Inde, quel point commun? La première fois.

Des auteurs anglais pour la jeuness? Ils parlent de cul? Ha ben, bien sûr qu’il faut se jeter dessus. Ca promet une bonne tranche de rigolade. Au final, c’est pas si comique que ça, mais le spectre est bien élargi, si je puis dire. Toutes ces nouvelles ont des tons très différents : nouvelle historique, points de vue culturels ou sexuels, tout y passe sauf la transsexualité ou la transidentité qui sont des sujets pour l’instant bannis de notre belle littérature pour jeunes, qui ne soit pas être « démoralisante » ou « perverse » selon la loi. Passons sur « l’épineuseté » du sujet.

Dans certaines nouvelles, le coeur se dispute la vedette avec les instincts. Soit on veut être crument réaliste sur le bouillonnement hormonal des jeunes soit on essaie de soutenir les sentiments. Bien sûr, ce n’est pas aussi manichéen. Dans la dernière nouvelle par exemple, on retrouve principalement l’idée qu’il n’y a pas d’urgence et qu’il faut être attentif à soi-même et se respecter sans laisser quelconque groupe agir sur nous. Les différences de cultures apportent un recul indispensable et une perspective très enrichissante. En bref, l’équilibre est là et donne un recueil vraiment complet, bien fait et bien écrit par ces pointures d’auteurs britons!

Enfin, mention spéciale à Patrick Ness et sa réflexion sur la censure dans la littérature et les publications jeunesse. Même si à force de biffures son texte était un peu difficilement lisible, il touche à un sujet diablement intéressant et fort débattu.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Cathulu
Altersexualité
Blabla bibli

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s