« Le jour où j’ai abandonné mes parents » Agnès de Lestrade

Le jour où j’ai abandonné mes parents
Agnès de Lestrade
Rouergue, « Dacodac », 2011

Ma mère peut bien prier tous les saints de la Terre, 
mon père se prosterner devant la statue de Che Guevara, 
on ne sera jamais heureux tous en même temps.

Les contraires s’attirent. C’est ce qu’on dit, non? Karla-Madeleine a un père facteur et communiste et une mère bourge qui bosse chez Total. Leur union incongrue a fait fuir toute leur famille. Un jour, lors de vacances au camping, Karla-Madeleine retrouve sa cousine par hasard.

Quand il faut dépeindre la lutte des classes au sein même d’un couple, d’une famille, Agnès de Lestrade décide d’y aller à gros coups de pinceaux. Malgré une caricature très efficace et humoristique, j’attendais que l’histoire soit un peu plus aboutie. J’ai même trouvé le style peut-être un peu trop simple pour de grands ados.

L’avantage de ce roman est surtout d’insister sur le non-fondement des préjugés sociaux entre la classe dominante et le bas peuple, et les préjugés physiques en rapport avec sa cousine. Tout ça, c’est plein de vérité et de bons sentiments, c’est léger, mais c’est aussi et malheureusement inconsistant. Il manquait peut-être quelque chose de plus frappant qui fasse résonance et permette de prolonger un peu la réflexion.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Parolimage
Fantasia
Feu Otium

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s