« Alcatraz contre les infâmes bibliothécaires » Brandon Sanderson

Alcatraz contre les infâmes bibliothécaires
Brandon Sanderson
Trad. de l’américain par Juliette Saumande
Mango Jeunesse, 2011

Les Apprentis Bibliothécaires ont plein de temps 
pour s'exercer à des pratiques ridicules. 
Après tout, ils n'ont que trois tâches à accomplir. 
Un : apprendre le système ultra compliqué 
(et inutilement complexe) 
de classement utilisé dans les salles de lecture. 
Deux : maîtriser le maniement des crochets à livres. 
Trois : concocter des façons inédites 
de torturer la plèbe innocente.

Alcatraz Smedry a 13 ans et doit faire face à plusieurs grandes nouvelles. 1) Il n’est pas orphelin. 2) Sa famille appartient à un groupe de rebelles luttant contre une secte de bibliothécaires voulant dominer le monde. 3) C’est lui la clé du plan.

Que devrais-je dire? Oui, nous sommes démasqués, oui nous voulons dominer votre connaissance du monde et par conséquent instaurer une douce dictature sur Terre. Oui, quelqu’un essaie de vous faire voir la vérité, et il a même réussi à être publié. Heureusement pour nous, tout puissants bibliothécaires, vous ne le croirez jamais. Après tout, c’est de la science-fiction, n’est-ce pas?

De la science-fiction humoristique, qui plus est, et accessible à un public de jeunes lecteurs. Très bien mené dans son ensemble, le roman souffre cependant beaucoup des relances en début de chapitres très handicapantes pour la fluidité de lecture. On s’arrête dans le feu de l’action à la fin de chapitre, puis on repart sur le suivant avec des digressions qui brisent le rythme. A part cette fausse note, rien à dire. C’est un roman qui a vraiment sa place aujourd’hui. Faire réfléchir au fait qu’on peut manipuler les gens grâce à un savant contrôle de la culture, de l’information et des médias… il serait temps. C’est genre absolument complètement radicalement d’actualité, non?

Si le jeune Alcatraz a réussi à s’infiltrer dans nos quartiers généraux, ça ne veut pas dire qu’il a gagné la guerre. D’ailleurs, il y a deux autres tomes.
Alcatraz contre les traîtres de Nalhalla
Alcatraz contre les ossements du scribe

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Loula
Imaginelf
Noosfere

[Les bibliothèques publiques] ne sont pas les vraies biblis. Celles-ci ne se préoccupent pas de faire du charme. Si vous vous êtes déjà perdus dans les réserves de la bibliothèque d’une faculté de philosophie, vous savez de quoi je parle. Les étagères sont serrées comme des sardines, de plus en plus proches les unes des autres ; elles montent de plus en plus haut. Des piles de bouquins apparaissent sans prévenir aux intersections ou dans des coins, en attendant d’être rangés, comme la quarante millième édition de la Somme théologique ou des Quatre filles du docteur March.
La poussière recouvre tout, telle une version grise de la mousse qui tapisse les forêts tropicales. L’atmosphère est saturée d’une méchante odeur de moisi qui rappelle vaguement l’antre d’un dragon-bale. A tout moment, on s’attend à trouver les os blanchis d’un malheureux chercheur qui s’est égaré dans le labyrinthe et n’a jamais réussi à regagner la sortie.
p116
Publicités

2 réflexions sur “« Alcatraz contre les infâmes bibliothécaires » Brandon Sanderson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s