« Le livre sauvage » Juan Villoro

Le livre sauvage
Juan Villoro
Trad. de l’espagnol par Isabelle Gugnon
Bayard jeunesse, « Estampille », 2011

La différence entre un prétentieux et un savant,
c'est que le prétentieux n'apprécie que ce qu'il connaît
alors que le savant cherche à savoir ce qu'il ignore.

Les parents de Juan se séparent. Pour lui éviter trop de soucis, ils l’envoient en vacances chez son oncle Tito, un illuminé qui vit parmi des milliers de livres. Ses livres ont une vie propre et s’agitent à l’arrivée de Juan. Ils le reconnaissent comme un lecteur princeps, qui peut faire venir les livres à lui, y compris le mystérieux livre sauvage.

Un livres sur les livres! Il n’en faut pas plus pour me tenter. Ce roman est fantasque et fantastique. Quel puissant pouvoir que celui des livres, pas seulement en temps de crise personnelle, mais tout le temps. Ce roman plein de vérités et de bon sens apporte de belles réflexions sur la lecture et les lecteurs. Quelle est l’histoire idéale? Comment la trouver? Comment écrire sa propre vie?…

C’est un roman qui donne envie de lire et de découvrir des merveilles dans les caractères d’imprimerie. C’est un roman qu’on a envie de relire et même d’en apprendre des passages! Chaque lecteur est unique, car il apporte et confronte sa propre histoire au roman qu’il tient entre ses mains. Bien lire, c’est bien vivre!

Un roman qui se dévore tout seul, un vrai petit régal.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là.
Fantasia
Mirontaine
Livres comme l’air

Un lecteur princeps n’est pas forcément celui qui lit le plus de livres mais celui qui y trouve le plus de choses.
P73
Certains snobs dédaignent le poulet rôti et croient qu’il est plus élégant de manger des cuisses de grenouille à la saveur du poulet. Les Français sont bizarres, mon cher neveu, mais il faut les comprendre : ils ont écrit les Droits de l’Homme, parmi lesquels figure celui d’être zinzin.
P176
[Le livre sauvage] ne veut pas être lu par n’importe qui et il n’est donc pas pressé. Il préfère attendre que quelqu’un qui en vaille la peine arrive.
P267
Publicités

2 réflexions sur “« Le livre sauvage » Juan Villoro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s