« Eleanor Rigby » Douglas Coupland

Eleanor Rigby
Douglas Coupland
Trad. Christophe Grosdidier
Au Diable Vauvert, 2007

Ne m'imaginez pas comme votre protagoniste universelle.
Je suis moi. Je suis réelle.

Liz Dunn est l’incarnation parfaite de la femme en proie à la solitude. Un jour, elle reçoit un appel de l’hôpital. Un jeune homme a besoin de son aide. Il va très vite prendre une grande place dans sa vie.

eleanorHow do get all the lonely people? Ainsi commence la fameuse chanson des Beatles dont Douglas Coupland reprend le titre. Liz est seule. Pas de famille, pas d’amis. Seule, quoi. Ce n’est d’ailleurs pas une héroïne de roman comme elle nous l’avoue avec honnêteté. Elle est transparente. Pourtant, ça ne veut pas dire qu’il ne peut pas lui arriver deux ou trois trucs incroyables pour bousculer sa routine.

J’avoue que je ne sais pas quoi penser de ce roman. Il est bon, certes, mais ne m’a pas emportée aussi loin que je l’espérais. Malgré le fait que Liz soit un bel Ovni parmi toute une galerie de persos de romans et qu’elle se révèle être très profonde. En tout cas, pour retranscrire l’aura de banalité qui se dégage de son personnage, Douglas Coupland n’a pas son pareil… Le roman est largement apprécié sur la blogosphère… ce doit être moi le cas désespéré.Un roman à conseiller aux adultes plus qu’aux ados (même vieux ados).

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Culture et Compagnie
Lignes e-lignes
Madmoizelle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s