« L’étrange disparition d’Esme Lennox » Maggie O’Farrell

L’étrange disparition d’Esme Lennox
Maggie O’Farrell
Trad. de l’irlandais par Michèle Valencia
Belfond, 2008

Je suis entrée dans le salon quand ma mère m'a appelée et que 
le médecin était là. Elle était à l'étage, hurlait,
faisait une scène. En bas, tous deux murmuraient, 
et j'ai surpris le mot "éloigner".

Iris découvre du jour au lendemain qu’elle a une grande-tante à sa charge. Résidente d’un asile psychiatrique sur le point de fermer, Esme retrouve le monde extérieur pour la première fois depuis 60 ans. Iris cherche à savoir pourquoi cette tante a été effacée entièrement de l’histoire de la famille.

esmeDes allers-retours entre les époques, une narration dont le point de vue change constamment, une chronologie fragmentée… Il est assez dur au début de pénétrer ce roman qui semble tester la ténacité du lecteur. Mais cela vaut le coup. Le passé d’Esmé est peu à peu dévoilé grâce à ses souvenirs et au discours décousu de sa sœur, malade d’Alzheimer, à qui Iris vient poser des questions.

Dans la société des années 1920 ou 1930, la définition de la folie est très étendue, particulièrement pour les femmes. Iris retrouve le témoignage de femmes internées pour trois fois rien : convenances de la haute société, sauvegarde des apparences, excentricité, originalité et indépendance bannies… Certaines se retrouvent tout simplement piégées, des filles-mères sans aucune éducation sexuelle et dont on a abusé si facilement.

Esme est un personnage qu’on ne cerne jamais totalement, il nous échappe, jusqu’à la fin. Tranquille, mais bouillonnante, elle perturbe intensément le lecteur, et de fait, elle en devient passionnante. Son histoire, à la fois belle et révoltante, pousse à réfléchir à la condition des femmes de cette époque… et de la nôtre.

Lecture piquée chez Midola! Merci pour ce beau moment de lecture 🙂

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Des livres, des livres!
La petite marchande de prose
Just a dream

Publicités

2 réflexions sur “« L’étrange disparition d’Esme Lennox » Maggie O’Farrell

  1. Merci pour le clin d’oeil et contente que tu aies aimé autant que moi. Un livre bouleversant, qui restera, je pense, longtemps gravé dans ma mémoire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s