« Les Immortelles » Makenzy Orcel

Les Immortelles
Makenzy Orcel
Zulma, 2012

La petite. Elle avait tout pour réussir. 
J'ai raté l'occasion de l'aider à devenir quelqu'un de bien.

immortellesAprès le séisme de Port-au-Prince en 2010, une prostituée raconte la perte de sa seule amie.

Selon la narratrice, il n’y aurait qu’un écrivain pour pouvoir retranscrire l’horreur de la perte, l’indicible de la catastrophe qu’elle a vécu. Et pourtant, l’écrivain la laisse parler… Elle est brute, autant dans son langage que dans son vécu. Elle aimerait faire croire que plus rien ne peut l’impressionner mais il filtre malgré tout, à travers son récit, une facette fragile.
« La Petite », c’est cette jeune femme qui veut devenir prostituée par besoin de liberté et qui trouve refuge chez la narratrice. Ce sont deux visions de la vie qui s’affronte et qui s’attirent en même temps. La Petite et sa foi en la vie, la narratrice et son regard blasé sur le monde.
Avec ce court texte, fort et prude, l’auteur explore la perte tout en sous-entendus et son pathos dégoulinant. C’est souvent vulgaire, en accord avec cette narratrice qui ne compte pas mâcher ses mots, mais c’est tout à fait justifié. Tout est en suspens, et le plus profond n’est pas ce qu’on lit mais ce que l’on devine.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
L’accoudoir
Hendiadyn
Les chroniques culturelles

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s