« Plus tard, je serai moi » Martin Page

Plus tard, je serai moi
Martin Page
Rouergue, « doado », 2013

Pour l’instant, elle désirait être un fantôme 
pour se débarrasser de l’image qu’on avait d’elle. 
Elle ne savait pas comment elle voulait qu’on la voie. 
Elle voulait qu’on lui laisse la liberté 
d’évoluer et de changer.

Du jour au lendemain, les parents de Sélena décident de l’encourager dans une voie professionnelle. Mais pas n’importe laquelle : celle d’artiste. Et pour cela, ils l’aident à avoir une jeunesse difficile…

plus tard je serai moiUn roman où ce sont les parents qui font la crise d’adolescence à la place de leur ado, en voilà une idée intéressante. Ce sont ces drôles de parents auxquels Martin Page nous confronte. On considère souvent les vocations des enfants et des jeunes comme mauvaises, ou bien pas. Au final, rien n’est gravé dans la pierre et il faut trouver l’art de savoir s’adapter les uns aux autres. Sélena est indécise, sa meilleure amie Vérane sait ce qu’elle veut être depuis ses 6 ans, on est tous différents. Laisser le temps au temps, de changer, de se trouver, de se tromper,… Les parents se retrouvent dans des situations excentriques et exagérées pour montrer que dans ces périodes de changement, il n’y a pas que les ados qui déconnent.

Martin Page nous offre un roman très bien écrit et très intelligent mais un ou deux soucis malgré tout. Sélena, pour une collégienne, est vraiment diablement mature. Je reconnais bien là un des personnages typiques de la galerie de Martin Page mais il dénote un peu au niveau du réalisme, malgré toutes les réflexions intéressantes. Il aurait été mieux de le placer au moins en Seconde si ce n’est plus tard. Seconde chose, le narrateur extérieur fait perdre un peu en identification et apporte une distance qui n’est pas forcément nécessaire. Un récit à la première personne aurait été mieux, d’ailleurs je m’étonnais souvent au fil de ma lecture de ne pas rencontrer de « je ».

Mais cela reste une très bonne lecture pour ado dans une collection qui me déçoit rarement!

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Rocambolivresque
La Soupe de l’espace
Lire au jour le jour

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s