Petite horreur éditoriale : « J’élève mon mari » Frigide Barjot

J’élève mon mari
Frigide Barjot
Lattès, 2001

frigideDans l’établissement où je travaille nous recueillons parfois des « dons ». Je dis « dons » entre guillemets parce que, la plupart du temps, ce sont plutôt des ouvrages que les gens n’osent pas jeter eux-mêmes. Pris d’un élan de conscience (« mon Dieu, je ne peux pas mettre un livre à la poubelle »), ils se tournent vers nous et voilà ce qu’on récupère comme livres, au milieu d’innombrables Danielle Steel.

J’élève mon mari a trôné sur la table de la salle de repos pendant plusieurs jours comme une sorte de (mauvaise) blague. Les collègues attrapaient le livre en se disant « tiens, ça a l’air marrant, ça », lisaient quelques lignes avant de revenir sur la couverture et de s’exclamer : « Haaaa mais c’est Frigide Barjot! » Puis le livre était jeté plus loin sur la table. Je rends donc un dernier hommage à ce recueil qui se voulait humoristique avant de l’envoyer au pilon.

J’en profite pour vous tenir au courant des dernières actualités de la dame. Dernièrement, elle a dû parler un petit peu trop fort puisqu’elle s’est faite virer du mouvement Manif pour tous et par conséquent, elle a dû revoir ses projets de lutte. Ca se déchaîne contre elle sévèrement, avec des procédés pas propres. Depuis peu, on sait qu’elle va probablement être virée de son logement parisien pour des raisons de non respect des clauses du bail (articles Le Monde, Libération) et que cette affaire a été mélangée façon milk-shake avec un appel aux dons pour son association (20 Minutes et Le Point). Devons-nous l’aider à payer son loyer, l’éducation de ses enfants? Tout n’est pas clair et la dame se dit être dans la précarité, c’est sans doute de là que vient le quiproquo. J’oserais dire qu’elle n’est pas la seule.

Dans tous les cas, merci de ne pas réécrire de livres, et merci aux gens de ne pas nous les refiler : ils n’ont pas leur place dans nos rayons…

Pour les aficionados, sachez qu’on peut toujours trouver en librairie Les confessions d’une catho branchée, mais pas son dernier opus contre le mariage gay qui est mystérieusement non réédité. C’est malheureux, mais la roue tourne. Pour tout le monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s