« La cote 400 » Sophie Divry

La cote 400
Sophie Divry
Les Allusifs, 2010

Rendre moins intimidante l'entrée dans la bibliothèque. 
Allier plaisir et culture pour que la culture devienne un plaisir 
et gnagnagna. Mais c'est faux tout cela, c'est du mensonge, 
de la manipulation. La culture, c'est un effort permanent 
de l'être pour échapper à sa vile condition de primate sous-civilisé.

Une bibliothécaire trouve un usager enfermé une nuit dans son sous-sol. Il sera le réceptacle, jusqu’à l’heure de l’ouverture, d’une logorrhée verbale impressionnante sur la vie, l’amour, la solitude et leur place dans son beau travail.

cote 400Tiens, un roman avec une bibliothécaire… Conseillé par ma super cop’ libraire. Hé ben, je n’ai pas été déçue! On a rarement vu de bibliothécaire collant plus au cliché que l’on s’en fait. Seule, en sous-sol, zieutant un jeune chercheur, mais n’osant pas l’approcher… Et bien sûr, elle a lu tout un tas de bouquins dont elle ne parle pas. Si l’auteure s’inspire du vécu ou non, je ne saurais le dire… Mais elle dresse un portrait piqué au vif de notre belle profession. Heureusement rare dans la réalité. Soit on est énervé et on se dit « mais n’importe quoi, c’est pas comme ça pour devrai, trahison! » soit – et c’est la meilleure des deux postures – on prend cela avec le second degré qui convient!

Mais tout le cheminement et le discours sur la solitude de cette femme enfermée avec ce pauvre usager réticent – qui doit à plusieurs reprises se demander sur quelle folle il est tombé – peut s’appliquer à de nombreuses professions. Obsédée par l’ordre car c’est le seul élément qui lui donne de la stabilité dans sa vie, elle développe des théories plus cyniques les unes que les autres…

Un court roman distrayant que je conseille à mes confrères et consœurs…

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Tout lire et mourir
Les lectures de Cachou
Bianca lit des livres, des livres

Publicités

3 réflexions sur “« La cote 400 » Sophie Divry

    1. On peut vite être tenté d’en faire une critique négative tellement le portrait est exagéré. Mais il faut le prendre au second degré. Après, je n’ai pas tout le temps accroché au style…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s