« Les tribulations d’une cuisinière anglaise » Margaret Powell

Les tribulations d’une cuisinière anglaise
Margaret Powell
Trad. de l’anglais par Hélène Hinfray
Payot, 2013

Je m'arrangeais pour rester en bons termes avec mes collègues.
 Elles étaient toute ma vie, vous comprenez?

Margaret Powell raconte ses jeunes années et son premier travail en tant que domestique dans de grandes maisons anglaises, dans les années 1920.

tribulationsCes tribulations surfent sur la vague Downton Abbey! Originellement publié en 1968, ce témoignage fraîchement traduit est réédité par Payot juste au bon moment. Le public a toujours été friand d’histoires de maîtres et de servants, d’amour ancillaires, de lutte des classes sans communisme… Dans ce livre, c’est comme si mamie vous faisait asseoir à la table de la cuisine après avoir fait un thé bien chaud avec des biscuits pour vous raconter les anecdotes de sa jeunesse. Quand elle nous apostrophe, on se surprend à hocher la tête comme si on allait répondre au livre.

Avec un style parlé qui correspond bien à l’auteur, on découvre comment la jeune Margaret, née dans une famille très pauvre, entre « en condition », c’est-à-dire dans la condition de domestique. Très jeune, elle a déjà un œil très lucide et critique sur la manière dont les maîtres traitent leurs employés, financièrement ou moralement. Nous sommes juste après la Seconde Guerre Mondiale. Déjà, les mentalités changent. Les aristocrates s’adaptent ou s’attachent désespérément aux anciennes traditions. Les domestiques commencent déjà à critiquer cette hiérarchisation considérée  par leurs supérieurs comme naturelle et inébranlable.

Margaret raconte ses erreurs de jeunesse, les rapports entre les domestiques, eux aussi très codés, les mauvais moments, les exigences pour un salaire décent, les excentricités ou le mépris des maîtres, les domestiques qui vivent par procuration… Tous ces détails fournis un peu en vrac (eh, mamie, autour du thé, elle ne te fait pas forcément un plan en trois parties) forment un témoignage très sympathique sur le quotidien des domestiques à une période charnière de leur histoire. C’est une lecture très facile, agréable et distrayante que je recommande sans retenue à ceux qui suivent Downton Abbey.

En bonus, Margaret, nous vend les vertus du poulet anglais dans un spot publicitaire…

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
The french book lover
Mariette en goguette
Le nez dans les livres

Publicités

Une réflexion sur “« Les tribulations d’une cuisinière anglaise » Margaret Powell

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s