« Mauvais genre » Chloé Cruchaudet

Mauvais genre
Chloé Cruchaudet
D’après La garçonne et l’assassin de Fabrice Virgili et Danièle Voldman
Delcourt, « Mirages », 2013

Prix du public Cultura, Angoulême 2014

Si elle était là, c'était suffisant pour qu'il y ait 
quelque chose d'électrique dans l'air.

Paul et Louise se marient. Mais la Première Guerre Mondiale est déclarée et Paul doit aller au front. En se coupant un doigt, il réussit à se faire évacuer, puis il déserte. De retour à Paris, devant cacher son identité, il se travestit en femme.

mauvais genreSortie pile pour l’anniversaire du centaine 14/18, cette bande-dessinée fait déjà parler d’elle depuis un moment. Il y a trois ans sortait un documentaire sur l’histoire tragique de ce couple. Au moment où la patrie envoie tous ces hommes au front comme chair à canon, certains fuient. Paul, comme la plupart des poilus ayant connu les tranchées, revient traumatisé. Pour lui comme pour beaucoup d’autres, ces traumatismes ne disparaîtront jamais, puisqu’à l’époque, aucun traitement psychologique ne permettait de les aider.

On en vient au travestissement (rien à voir avec les traumatismes des tranchées). Acte indispensable pour pouvoir sortir sans être reconnu et donc sans être dénoncé, le travestissement est d’abord une plaie pour Paul. Avant qu’il n’y prenne réellement goût. Ses soirées dévient dans le bois de Boulogne où, durant les années folles, tous les fantasmes se réalisaient. Louise de son côté, d’abord choquée, s’adapte très vite. Louise essaie d’être une « femme moderne ». Mais elle reste pris entre deux feux, celui d’un mari jaloux, violent et alcoolique et sa volonté d’améliorer leur vie. J’aurais bien aimé en savoir un peu plus sur elle mais son histoire se lit surtout en creux.

C’est ma première rencontre avec Chloé Cruchaudet et cela me donne envie de lire ses autres BD (dont la série Ida). Dans la plus pure sobriété, en noir, blanc, gris et quelques pointes de rouge, elle insuffle une sensibilité incroyable à ce récit. On est dans la passion violente, avec ces rouges fugaces, mais on est aussi dans l’inquiétude et l’angoisse. C’est vraiment maîtrisé et tout simplement beau.

Une lecture BD à ne certainement pas rater.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Télérama
Le Génépi et l’Argousier
Antigone

Publicités

2 réflexions sur “« Mauvais genre » Chloé Cruchaudet

  1. Plus j’en entends parler, moins j’ai envie de le lire .. et puis encore un livre sur la guerre, les homos .. .. je vais passer mon tour et essayer de lire quelque chose de plus joyeux.

    1. Ah euh, ben dommage. Tu passes à côté d’une BD vraiment superbe.
      Et bon courage à toi, les trucs joyeux, ça court pas les éditeurs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s