« Wake Up America » 1940-1960 J. Lewis, A. Aydin, N. Powell

Wake Up America
Tome 1 : 1940-1960
John Lewis, Andrew Aydin, Nate Powell
Rue de Sèvres, 2014

Ses paroles me libérèrent. 
Je me suis dit, Voilà c'est ça. C'est ça, la solution.

John Lewis raconte son histoire, celle qui s’écrit en même temps que la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis et la fin de la ségrégation.

wake upCes derniers temps, de nombreuses productions reviennent sur une partie sombre de l’histoire des Etats-Unis, leur rapport avec les noirs américains. C’est une vague qui naît sans doute d’un sentiment d’aboutissement suite à l’élection du premier président américain noir, Barack Obama. On a eu au cinéma Le Majordome réalisé par Lee Daniels avec un casting qui tenait à peine sur l’affiche. Il y a également eu 12 Years a Slave de Steve McQueen et il y a quelques années, le grand succès littéraire et cinématographique de la Couleur des Sentiments. Bref, ça pullule. Et ce sont toutes des productions de qualité.

Ici, le public français peut toucher au comics dans le sens propre du terme, c’est-à-dire la bande-dessinée américaine (et pas seulement les super-héros) avec son style bien particulier. Tout en noir et blanc et contrastes de gris, on reste dans la pudeur et la retenue, mais on en sent pas moins une réelle envie de révolte, un besoin de justice qui ne peut plus attendre. Dans cette bande-dessinée, on cerne vraiment que ce moment est venu. La jeune génération, élevée en ayant appris à se taire n’en peut plus. Ils se libèrent de la soumission éprouvée par leurs parents et commencent un long combat.

Ce comics est une belle représentation de ce mouvement, incluant bien sûr ses personnages les plus importants comme Martin Luther King. Le parcours de John Lewis, actuellement député américain, depuis la campagne jusqu’à l’engagement politique se fait de façon naturelle. A travers son regard, l’Histoire devient plus proche et on est touché par l’investissement de chaque personne ayant participé à des sit-in, à des manifestations. On prend réellement la mesure que chacun peut compter dans une lutte de cette envergure.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Chez Mo
Bodoï
Un amour de BD

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s