« Le nazi et le psychiatre » Jack El-Hai

Le nazi et le psychiatre
Jack El-Hai
Les Arènes, 2014

Les Carnets secrets de Nuremberg
Réal. Jean-Charles Deniau et Stéphane Khémis
Roche productions, 2006

Un jour, Kelley demande à Göring ce qu'il pense de la position 
du parti nazi quant à l'infériorité raciale des non-Aryens.
 "Personne ne croit à ces balivernes", répond Göring. 
"Lorsque je lui ai fait remarquer que cette théorie avait causé 
la mort de près de six millions d'êtres humains, il a ajouté 
<<Eh bien, c'est que c'était de la bonne propagande politique.>>"

nazi psychiatreDouglas Kelley, jeune psychiatre américain très ambitieux, s’occupe de l’examen des détenus à la prison de Nuremberg, attendant l’heure du procès le plus fameux de l’histoire du XXe siècle. Son obsession est de publier un ouvrage qui identifierait un « esprit nazi » qui permettrait de prévenir de nouveaux crimes de guerre.

Ne vous étonnez pas, en ce moment, je suis en plein dans les lectures sur l’histoire de l’Allemagne (nazie ou non). Je sais, ce n’est pas forcément réjouissant… Ici, l’auteur a choisi de romancer un peu le produit de ses recherches, sans doute pour le rendre plus accessible. Ce n’est pas sans un goût prononcé du tragique qu’il relate le suicide de Douglas Kelley (ah j’ai oublié de préciser – spoiler… Ah non, même pas, c’est écrit dans le résumé de 4ème de couv). Il place sa problématique entre l’histoire personnelle de Kelley et le lien très particulier qu’il avait avec Göring à Nuremberg. Ce dernier, fin manipulateur, aimait beaucoup la compagnie du psychiatre. De son côté, Kelley pensait tenir un sujet de choix pour un livre à succès. Mais qui tient l’autre?

carnets secrets nurembergL’auteur bien sûr se focalise sur la relation entre ces deux personnes. Il n’évoque que peu la présence du psychologue Gilbert et du psychiatre qui prendra la relève de Kelley, Leon Goldensohn. Dans le documentaire « Les Carnets secrets de Nuremberg », on se focalise plus sur ce dernier et ses entretiens avec quatre prisonniers, dont Göring. Ce qu’on en retire, c’est que ces jeunes psychiatres étaient embauchés pour assurer que les prisonniers étaient bien en état de comparaitre. Mais parallèlement, leur désir étaient de trouver un profil nazi très précis qui permettrait à l’avenir de les identifier et donc de les empêcher de perpétrer de nouveaux crimes. Malheureusement pour eux, et pour le reste du monde qui cherchait probablement à être rassuré, il s’est avéré qu’aucun profil précis ne ressortait de ces entretiens. Aucun d’entre eux n’a pas prouver que ces dirigeants nazis étaient des monstres psychopathes. Tous ou presque universitaires, plus intelligents que la moyenne mais souvent dépourvus de notion de bien et de mal, ils ont profité du pouvoir en place pour servir leurs ambitions.

LandscapeTous ont essayé de bâtir leur défense sur un déni plus ou moins complet, soutenant leur ignorance des massacres qu’on leur avait diffusé sur grand écran. Certains, comme Göring, pensaient être libérés à l’issue de ce procès, n’en mesurant manifestement pas la portée exemplaire et historique : aucun autre procès de ce genre n’avait jamais eu lieu. Enfin bref, nier c’est bien joli, mais peu crédible quand le tribunal disposait de milliers de pages de documents attestant leur culpabilité.

Hermann+Goering+Infamous+mugshots+yXxa1P1FZw8xPour en revenir au côté médical du sujet, malgré le fait qu’aucun profil nazi n’ait pu clairement émerger, ces entretiens avec les prisonniers ont fait émerger des sujets encore débattus aujourd’hui, comme l’interprétation des tests de Rorschach que Kelley utilisait. Dans son ouvrage, Jack El-Hai s’intéresse autant au procès qu’à Kelley qui, visiblement, avait lui aussi une ambition sans borne, et agissait comme un vrai despote auprès de ses enfants. Passé expert dans l’art de manipuler les gens, il était magicien illusionniste, et plus tard criminologue. Tellement énergique dans la promotion de ses livres que personne ne se doutait de son trouble intérieur qui l’a poussé à se suicider. Il le formule pas de cette façon mais on se doute que la question est de savoir s’il y a eu transfert…

Tout ça pour dire que cette histoire de psychologie nazie est un sujet vraiment épineux et toujours débattu. Quant au procès de Nuremberg, c’est un sujet terriblement intéressant mais touffu, dont la synthèse est difficile. Les Carnets secrets de Nuremberg, avec leur heure de reconstitution et témoignages, est un documentaire qui laisse un peu sur sa faim, et j’ai regretté qu’on n’y parle pas plus de Rudolf Hess et de son amnésie feinte. Bref, rien de mieux que d’aller fouiller dans plusieurs directions. Ce que j’ai fait personnellement parce que le style facile et très romancé de Jack El-Hai m’a inspiré un peu de méfiance. Ca n’en reste pas moins une lecture très bien documentée.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Toute la culture
Slate
Le Figaro
JDD

Publicités

3 réflexions sur “« Le nazi et le psychiatre » Jack El-Hai

  1. Je suis aussi en pleine lectures sur la seconde guerre mondiale. J’irai voir la vidéo sur Nuremberg. Mais il y en a un plus complet  » les nazis face à la justice » en deux épisodes ( où il parle de Hess mais ça reste peu approfondi…). Le texte que je trouve remarquable sur ces procès, c’est celui de H. Arendt.

    1. Evidemment ça donne envie de se replonger dans Arendt. Je dois toujours voir le film qui a été fait sur elle d’ailleurs.
      Merci pour tous ces commentaires!

  2. j aimerai rentrer en contact avec un specialiste de ce sujet, habitant si possible la cote d’azur (nice) en vu d’une conference -débat.Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s