« Tristesse de la terre » Eric Vuillard

Tristesse de la terre
Une histoire de Buffalo Bill Cody
Eric Vuillard
Actes Sud, « Un endroit où aller », 2014

Rentrée littéraire 2014

Ah! comme on l'aime à présent, les enfants du moins, 
et même les adultes éprouvent en secret 
ce précipité de culpabilité irrémédiable 
qui finalement absout de tout. L'Indien est mort.

Comment récupérer la pire partie de l’histoire américaine pour en faire un spectacle? C’est la recette magique de Buffalo Bill qui invente le spectacle à grande échelle. C’est une histoire meurtrie qu’il sert à un public qui n’attend que de satisfaire sa curiosité morbide.

tristesse de la terreUne série de photos, des morceaux de l’Histoire et tout se reconstitue. C’est ainsi que procède Eric Vuillard pour témoigner de la création du premier spectacle mondial : le Wild West Show de Buffalo Bill. On y apprend notamment que ce dernier gagne son surnom en étant chasseur de buffles à l’époque où ils étaient décimés pour éviter que les Indiens ne puissent pas en profiter. De l’Histoire, il apprend à faire son fonds de commerce. Il apporte au public les curiosités des actualités. Imaginez-vous un peu, qu’aujourd’hui, on présente des spectacles avec de vraies personnalités présentées dans une arène pour qu’on les applaudisse ou bien qu’on les hue. Buffalo Bill transformait l’Histoire en spectacle, toujours au bénéfice de sa grande patrie.

Buffalo billC’est dans la plus grande humiliation publique qu’on découvre le chef indien Sitting Bull. Forcé de poser pour des photos avec Buffalo Bill, l’air résigné du perdant qui accepte la paix, face à l’américain fier et dru. Sans la puissance des images, on ne se rendrait pas vraiment compte du sacrifice du vieux chef. C’est l’Histoire dans toute son horreur et sa cruauté, l’histoire éternelle du dominant et du dominé. Celle-ci étant écrite par le gagnant, la vérité n’est qu’un détail.

Le procédé d’écriture d’Eric Vuillard arrive réellement à maturité dans ce court roman. Il l’avait déjà utilisé dans la Bataille d’Occident que j’avais commencé à lire mais qui ne m’avait pas emportée. Ici, le pari est réussi et l’auteur donne une voix à ce peuple qui n’en avait pas, et qui est d’ailleurs toujours en lutte pour leur reconnaissance.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Télérama
Sur la route de Jostein
Mic Mélo littéraire

Et j’en profite pour faire la publicité d’un groupe peu connu en France… A Tribe Called Red, formé de trois DJ canadiens indiens. Ils aiment particulièrement faire des montages vidéos avec des visions très stéréotypés des Indiens dans les films ou séries TV. Premier album téléchargeable sur leur site officiel.

Sitting Bull

Publicités

Une réflexion sur “« Tristesse de la terre » Eric Vuillard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s