« Dernier requiem pour les Innocents » Andrew Miller

Dernier requiem pour les Innocents
Andrew Miller
Trad. de l’anglais par David Tuaillon
Piranha, 2014

Rentrée littéraire

Un an d'ossements, de crasse des fosses, 
de travail acharné. De corps momifiés 
ou de prêtres psalmodiant. Une année comme 
aucune autre qu'il a vécue - qu'il vivra jamais?

Paris, 1785. Le cimetière des Innocents trône au milieu de Paris, ses charniers tellement pleins que le quartier empeste d’une odeur prégnante de mort. Jean-Baptiste Baratte, jeune ingénieur, se voit confier la tâche de vider le cimetière par le ministre du roi. Mais Paris ne laisse pas son paysage se transformer sans se rebeller…

dernier requiemIl est l’heure de plonger dans l’histoire de Paris, toujours fascinante et souvent sale. C’est le cas pour ce roman historique publié chez Piranha, toute nouvelle maison d’édition. Que fait-on d’un ingénieur tout récemment diplômé? On lui donne le sale boulot. En plein milieu de Paris, le cimetière des Innocents est censé être fermé depuis plusieurs années. Et pourtant les cadavres remplissent encore ses charniers qui poussent désormais les murs des caves avoisinantes. L’odeur devient insupportable et hante tout le quartier, menace l’hygiène publique. Il s’agit de le vider et de détruire l’église attenante.

Évidemment, la tâche n’est pas aisée. Au XVIIIe siècle, les habitants de Paris ont peur des répercussions d’une telle action. Les morts viendront-ils les hanter pour les avoir délogés de leur dernière demeure? Il faut toute la force d’âme à Baratte pour poursuivre sa mission. Il est aidé par Armand, l’organiste de l’église, libertin et alcoolique à ses heures, ainsi que le docteur Guillotin qui donnera son nom, quelques années plus tard, à la machine d’exécution de la peine capitale la plus célèbre de l’histoire. Il est facile de deviner la période charnière de l’Histoire française entre ces lignes. Chez de nombreux personnages, il existe une réelle ambition de sortir de l’archaïsme et de porter le pays plus loin.

cimetiere2Pour Baratte, c’est à la fois une quête personnelle et professionnelle, un défi de grande ampleur. Impossible pour lui d’abandonner son travail et de décevoir le ministre. Il doit savoir s’entourer et se faire aider par les bonnes personnes, sachant que l’air malsain des fosses ouvertes peuvent rendre instable même l’homme le plus fort.

Un roman historique vraiment intéressant qui nous fait plonger dans les entrailles de Paris. On appréciera particulièrement la manière dont l’auteur ne censure pas tout ce côté terriblement sale : pas seulement au cimetière mais dans la vie de tous les jours. C’est réaliste, et vraiment une lecture captivante au style modeste et sobre. Les éditions Piranha se révèlent prometteuses… A guetter!

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Serendipity
Blue Moon
Du bazar sur mes rayons

 

cimetiere

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s