« De l’influence du lancer de minibar sur l’engagement humanitaire » Marc Salbert

De l’influence du lancer de minibar sur l’engagement humanitaire
Marc Salbert
Le Dilettante, 2015

Comment ça on est en rupture de bouddhistes?

Arthur est chroniqueur musique dans un journal important. Lors d’une soirée, il abuse un tantinet de l’alcool et d’autres substances, et balance un minibar par la fenêtre de son hôtel. Il est muté dans le service social du journal, et sa vie va basculer.

lancer minibarUne des choses que j’aime le plus, c’est choisir un livre à l’aveugle, sur des critères purement superficiels. Je ne sais pas de quoi ça parle mais il me donne envie de le lire. Ici, je peux vous dire que le titre à rallonge a joué son rôle. Il vend du rêve. Le meilleur, c’est que le texte suit. Le roman est fait d’une suite d’événements plus improbables les uns que les autres. Arthur est viré, passe dans le service social, va voir un campement de réfugiés afghans à contre cœur, se retrouve dans une échauffourée de CRS, et se prend un coup de batte. Ensuite, c’est la célébrité. On suit en gros plan ce chroniqueur quarantenaire qui se laisse porter par ces imprévus, bons ou mauvais, et dont il réussit à tirer le meilleur parti. C’est un blasé, un éternel adolescent, mais terriblement adaptable.

La plume de Marc Salbert, insolente et piquante, convient parfaitement au sujet de fond : le lecteur observe comment un coup du hasard est transformé, manipulé, arrangé pour servir d’autres intérêts.La vérité importe peu, pourvu que le scoop soit utile ! C’est une image très ironique et sarcastique du monde des médias et de l’édition qui est esquissée. Ironie dans le titre du roman également, car on comprend très vite que l’engagement humanitaire n’a pas grand chose à voir dans l’affaire. Ce qui compte, c’est briller, être visible, être connu, séduire les masses.

Enfin, il serait impossible de parler de ce roman sans évoquer la musique. Elle est presque à chaque page, Arthur partageant ses morceaux et albums de rock favoris. Si seulement il existait une playlist pour lire en musique, cela complèterait à merveille ce roman. Drôle et résolument rock’n’roll, il se paie la tête d’une société plus égoïste qu’humanitaire et se termine sur une chute très grinçante!

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Cannibales lecteurs
Du bazar sur mes rayons
Des livres et moi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s