« L’Homme-Jasmin » Unica Zürn

L’Homme-Jasmin
Unica Zürn
Trad. de l’allemand par Ruth Henry et Robert Valançay
Gallimard, « L’imaginaire », 1999

C'est alors que pour la première fois 
elle a la vision de l'Homme-Jasmin! 
Cet homme devient pour elle l'image de l'amour.

jasminDifficile de définir L’Homme-Jasmin si ce n’est par son caractère hybride. A la fois journal, roman, témoignage sur la maladie et le monde artistique, il faut savoir l’accueillir dans toute sa complexité. Unica Zürn raconte son expérience des troubles psychiatriques. Tout écrit au présent, elle happe son lecteur et le confronte aux crises et hallucinations qui l’assaillent. Mais elle lui donne également le choix du recul et de lire ce texte comme une fiction : elle parle d’elle-même à la troisième personne. Pour elle, c’est aussi un moyen de sortir d’elle-même pour observer les manifestations de sa maladie. Face à ce texte, il se peut qu’un lecteur reste de marbre. Pour faire l’expérience de l’écriture d’Unica Zürn, il faut de l’imagination, beaucoup d’empathie et l’accompagner dans ses délires.

unica
1916-1970

Unica Zürn manifeste son besoin de se libérer de ses angoisses et plus largement du monde, par des gestes symboliquement très forts, essaimés au fil du texte. Un jour, elle glisse son passeport dans une boîte aux lettres, un autre, elle oublie délibérément son sac à main dans un café. Elle voudrait être libérée de la maladie, comme de toutes les autres contingences humaines purement administrative. Elle se place plus haut. Libre esprit, elle voudrait être une mère pour Berlin, capitale meurtrie de son pays natal, la soigner, la faire renaître plus belle qu’avant.

Etant proche du mouvement surréaliste, le style de l’auteure est forcément poétique. Il l’est aussi pour pouvoir décrire la puissance des crises qu’elle traverse, et enfin parce que l’Homme-Jasmin est inspiré par Henri Michaux. Artiste protéiforme, elle est encouragée à dessiner et écrit d’impressionnants anagrammes. C’est avec beaucoup de tendresse que j’ai lu ce texte, portée par ses espoirs et ses envies de fuite, et l’ai laissé résonner en moi pendant un moment avant de refermer le livre.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Le Matricule des Anges

zurn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s