« Snow Queen » Michael Cunningham

Snow Queen
Michael Cunningham
Trad. par Anne Damour
Belfond, 2015

Beth a perdu sa simplicité quand elle revenue à la vie. 
Il y a le fardeau de la gratitude. 
Elle n'y était pas préparée.

Une nuit, Barrett aperçoit une étrange lueur dans le ciel de New York. Il y voit un signe. Quelques temps plus tard, Beth, la fiancée de son frère Tyler, vit une miraculeuse rémission de son cancer.

snowBienvenue dans le New York des âmes perdues. Vous êtes introduit à un trio particulièrement douloureux : Barrett est homosexuel et désespère de trouver l’amour ; Beth meurt lentement d’un cancer, et Tyler est hanté par l’inspiration et la drogue. Pour ces trois personnages, le bonheur est une lutte acharnée. Est-ce qu’une simple lueur dans le ciel peut les sauver? Ou bien n’est-elle présente que pour éclairer doucement les failles de la vie et les déceptions? L’introspection se poursuit d’un personnage à l’autre, tous liés intimement, ils côtoient leurs malheurs respectifs tous les jours sans pour autant réussir à les communiquer.

Le roman tire son titre du conte d’Andersen. En effet, l’action se passe à Noël, il neige sur New York, mais les personnages sont à bout de souffle. Le désespoir est contrebalancé par une écriture délicate et triste, comme un flocon solitaire. C’est le récit d’un moment de la vie, où tout peut commencer ou finir. New York prête ses rues aux errances de la douleur et offre un vrai topographie de la douleur. L’auteur reprend des thèmes qui lui tiennent à cœur : la maladie, la solitude… Tout ce qui pousse dans les derniers retranchements de l’âme humaine. Mais il y trouve aussi ce qui permet d’aller de l’avant, de trouver un espoir aussi insensé soit-il. Une très belle lecture, même si je préfère encore mille fois Les Heures.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Ma bouquinerie
Mic mélo littéraire
Sylire

Publicités

3 réflexions sur “« Snow Queen » Michael Cunningham

    1. Je te comprends. « Les Heures » était vraiment un chef d’oeuvre, et je ne parle même pas de l’adaptation au cinéma qui me fait chialer à chaque fois que je le revois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s