« The Ancient Magus Bride » Kore Yamazaki

The Ancient Magus Bride
(Maho Tsukai no Yome)
Kore Yamazaki
Trad. du japonais par Fédoua Lamodière
Komikku, 2015

Chise a le don de voir les esprits et les fantômes qui l’entourent. Elle est vendue aux enchères et achetée par un magicien à tête squelettique. Elle découvre qu’elle est aussi capable de pratiquer la magie et devient l’apprentie de son maître.

ancientThe Ancient Magus Bride débute avec une histoire reprise maintes fois. Une jeune personne capable de voir ce que les autres ne voient pas. Cela me rappelait beaucoup la série Le Pacte des Yokai de Yuki Midorikawa que j’avais commencé de lire avec plaisir. On y retrouve cette idée du don exceptionnel mais qui, socialement, isole complètement et un destin qui dépasse ses connaissances et ses forces physiques. Chise apprend à faire de la magie et découvre qu’elle est une Slay Vega, une forme de magicienne particulièrement puissante, qui attire à elle les créatures magiques. Le revers de la médaille : si elle n’apprend pas à se contrôler, elle peut réaliser des actes magiques bien au-delà de ses forces. La Slay Vega a une espérance de vie très limitée.

ancient3Son maître, Elias Ainsworth, est une créature protéiforme à crâne de bouc. Plutôt bienveillant quoique froid car non-humain, il a le rôle du professeur, du protecteur, du père et… du mari. Du moins, en théorie! Pour l’instant, pas de scènes d’amour monstrophile, je vous rassure… Au cours des quêtes qu’il est chargé d’accomplir avec Chise, on retrouve un condensé de créatures fantastiques de tous les horizons. Loin de se limiter aux Yokai japonais, l’auteure a puisé dans toutes les traditions magiques du monde : légendes, histoires fantastiques, littérature classique… Chise et Elias habitent d’ailleurs en Angleterre et non au Japon, et voyagent à travers le monde à la rencontre de ces créatures.

C’est dans une réserve inépuisable que l’auteure puise donc son inspiration. Elle se donne également la liberté de mélanger le fantastique, l’ésotérisme, par moment l’horreur, et passe d’un registre à l’autre très naturellement. D’une manière ou d’une autre, elle devrait pouvoir trouver un moyen d’allonger l’espérance de vie de Chise… Loin de m’en plaindre, je serais une lectrice heureuse de découvrir encore de nouvelles créatures fantastiques. Une lecture addictive, douce, étrange et romantique, qui donnera satisfaction aux amateurs du genre.
Prochain tome à paraître en janvier 2016.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Bodoï
Yozone
9ème Art

oberon
Obéron sort des pages de Shakespeare
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s