« Berlin 2.0 » M. Ramadier, A. Madrigal

Berlin 2.0
Mathilde Ramadier
Alberto Madrigal
Futuropolis, 2016

"Berlin. Pauvre, mais sexy." Klaus Wowereit

Margot débarque à Berlin. Toute jeune diplômée dans le domaine de l’art, elle déménage avec une facilité déconcertante pour entamer une nouvelle vie dans la capitale d’Europe qui attire les jeunes comme des mouches. Elle va devoir confronter son point de vue française à la réalité de la société allemande actuelle.

Berlin, celle qui a su renaître de ses cendres plus d’une fois est une des villes les plus fantasmées qu’on puisse trouver en Europe. On y appose les souvenirs de l’Histoire, les espoirs de grandeur. Mais dans le monde réel, à quoi elle ressemble vraiment? J’ai visité deux fois Berlin. Pour moi, c’est une ville sur laquelle il est très difficile d’écrire car elle se livre différemment à chacun selon son vécu et ses attentes. Tous les témoignages s’y rapportant m’y intéressent. Même, voire surtout, quand ils sont en demi-teinte.

ber1Berlin a une image de ville jeune. Elle est en perpétuelle reconstruction, chaque pan de Mur abattu laissant fleurir de nouveaux immeubles sur l’étendue du no man’s land. La vie y est moins chère, moins étouffante qu’à Paris, la scène nocturne est particulièrement réputée, l’art court les rues. Les jeunes s’y sentent comme chez eux. Ceux qui se lancent dans les métiers de l’art, comme Margot, y voient des promesses de réussite et d’espoir, une ville créative et inspirante, où les contacts se nouent très facilement. Même la barrière de la langue n’existe plus puisque les berlinois parlent tous très bien anglais.

ber2Toute cette apparente douceur de vivre est contre-balancée par l’amertume du monde du travail. En Allemagne, pour faire baisser le chômage, on a inventé ce concept fabuleux de minijobs. Des contrats précaires, mal payés et dans lesquels on ne cotise à peu près à rien. Ajoutons à cela le salaire minimum très bas à l’époque où la BD a été écrite. Il a augmenté récemment, remettant le principe des minijobs en cause. C’est donc la chute du paradis pour Margot qui découvre les mensonges des employeurs et les petits caractères en bas du contrat pour éviter de payer les salariés dans certains cas. Dans un marché de l’art saturé par les nouveaux arrivants, elle est très facilement remplaçable.

ber3Cela n’entame pas son enthousiasme sur les personnes qu’elle rencontre et sur la ville en elle-même. Entre gentrification croissante et authenticité cachée, Margot brosse un portrait palpable et réaliste de Berlin : les bonnes adresses qu’on se passe de bouche-à-oreille, les rituels berlinois… Elle exhibe également ses paradoxes. Oser la minijupe? Aucune ombre de problème. Aller à un festival de cinéma porno? Aussi facilement qu’on irait voir Iron Man. Acheter la pilule du lendemain? Eh non! Ordonnance obligatoire… Berlin l’exubérante, la libre, la tatouée oscille entre plusieurs tendances, ce qui évoque également la trajectoire parallèle de sa sœur française.

Instructive, sobre et réaliste, Berlin 2.0 est une BD que je conseille à tous ceux qui ont le projet d’y partir. Avec beaucoup de bienveillance, les auteurs ont su peindre la ville dans ses bons comme dans ses mauvais côtés. J’ai envie d’y retourner. C’est une réussite! Pour ceux qui veulent aller plus loin, je vous conseille le docu Arte Paris-Berlin : destins croisés et le merveilleux Berlin sera peut-être un jour de Christian Prigent.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Publikart
Chez Mo
Pause littéraire

Publicités

2 réflexions sur “« Berlin 2.0 » M. Ramadier, A. Madrigal

  1. J’aime beaucoup ta chronique qui prolonge l’état d’esprit et l’ambiance que l’on trouve dans l’album. J’ai bien aimé cet ouvrage qui prolongeait le documentaire que j’avais cité en référence (dans mon article) et qui est paru dans La Revue Dessinée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s