« Horrorstör » Grady Hendrix

Horrorstör
Grady Hendrix
Trad. de l’américain par Amélie Sam
Illustrations Michael Rogalski
Milan et demi, 2015

Bienvenue chez Orsk, équivalent américain d’Ikea. Veuillez emprunter le chemin prévu pour faire vos achats et profiter entièrement de l’expérience Orsk. Excusez-nous pour les meubles vandalisés, notre équipe s’occupe de remettre les choses en ordre. Ce soir, après la fermeture, plusieurs volontaires désignés resteront dans le magasin pour coincer les voyous.

hs1« Pourquoi tu veux que je lise le catalogue Ikea? » Quand j’ai tendu ce roman à mon ami, sa réaction a été immédiate. Son format et son épaisseur sont copiés du fameux catalogue que nous connaissons tous, ainsi que les illustrations qui inaugurent les chapitres. Chez Orsk, les clients circulent selon un chemin unique qui leur permet de passer devant tous les articles. Les vendeurs sont formés dans cette optique de consumérisme organisé. Le management est réglé comme une horloge : le travail c’est la vie. L’équipe doit être soudée, solidaire, les vendeurs dévolus tout entièrement à leur tâche. Dans ces conditions, bien évidemment, la plupart d’entre eux se détestent.

hs2Mais cette nuit-là, il faut bien rester, à la demande du chef, pour débusquer les personnes s’introduisant dans le magasin pour vandaliser les meubles. Mais l’ennemi n’est pas humain et l’horreur est au bout du couloir. D’ailleurs, ce couloir que j’ai déjà parcouru des centaines de fois, il dévie, il ne mène pas là où il devrait, il cherche à m’égarer. Le magasin serait construit sur les ruines d’une ancienne prison panoptique où les détenus purgeaient leurs peines dans des labyrinthes, forcés à des tâches inutiles, répétitives et aliénantes. Torturés. Et c’est votre tour, maintenant. Chacun sa torture selon son cœur, ses faiblesses et ses vices.

hs3L’élément le plus efficace de ce roman d’horreur est le décalage entre le trivial et le cauchemardesque. J’avoue que dans les semaines qui ont suivi, parler d’aller faire du shopping chez Ikea me rendait mal l’aise..! Le détournement du catalogue est judicieux et glauque à souhait. Lectrice novice de ce genre, j’ai cependant repéré plusieurs attendus. Une fille qui adore le spiritisme, bien sûr. C’est un moment parfait pour invoquer les morts! Il se passe quelque chose d’étrange? Ok, allons vérifier et séparons-nous! Malgré quelques défauts, mes mains n’ont pas lâché ce roman, engluées qu’elles étaient par de poisseuses langues de sang. La narration, bien dérangeante, galope et emporte la pauvre trouillarde de lectrice que je suis jusqu’à la dernière page.

On aime, on n’aime pas? Allez donc voir par là
Lirado
Des livres et vous
A book around the corner

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s