« Les livres prennent soin de nous » Régine Detambel

Le bibliothérapeute parle à des vivants mortels. A des êtres qui en ont soudain conscience. Et c’est en regardant leurs visages que le bibliothérapeute doit comprendre comment sa voix touche à l’intime.

Cela faisait un moment déjà que ce livre m’attendait très sagement sur le bord de mon étagère. J’y venais, puis le reposais en me disant que ce n’était pas le bon moment. Dernièrement, alors que la lecture m’était difficile, j’ai décidé de m’y plonger. Un livre de bibliothérapie pour guérir un peu.

Je connaissais déjà Régine Detambel pour ses très beaux romans. L’année dernière, une collègue bibliothécaire a eu l’occasion de suivre la formation sur la bibliothérapie proposée à Montpellier-Juvignac, et elle ne tarissait pas d’éloges sur la formatrice et sa méthode. Avec beaucoup de curiosité, je me suis lancée dans la lecture de cet essai, mon initiation au principe de bibliothérapie, car je n’en avais jamais lu, également parce que ce n’est pas un résumé de la formation. Régine Detambel explique la bibliothérapie à travers plusieurs angles : ses origines, ses mises en pratique concrètes, ainsi que le parcours personnel de l’auteure.

En détaillant certaines de ses propres lectures-thérapies, Régine Detambel tourne le miroir vers nous. Pour le bibliothérapeute en herbe, il est indispensable d’analyser ses propres mécanismes. Que lisons-nous quand le moral est bas? Dans mes moments de faiblesse où même mes auteurs favoris ne parviennent pas à pénétrer la carapace de négativité, une chose fonctionne à tous les coups : la poésie. Régine Detambel en évoque les applications médicales qui m’ont éclairée sur ma propre pratique.

L’auteure questionne très pertinemment la limite entre bibliothérapie et médecine. Aux bibliothécaires, qu’on définit très souvent comme « prescripteurs », serait-il possible de prescrire un livre comme un médicament? Réussirait-il à « guérir » tous ses lecteurs? La tâche est légèrement plus ardue. Il n’y a aucune garantie que la magie opère. Être bibliothérapeute, c’est savoir être à l’écoute des besoins de l’autre, partager ses connaissances littéraires et accepter de se mettre en péril si l’essai n’est pas concluant. C’est à la fois une délicate alchimie et un défi très stimulant. Enfin, cela souligne la responsabilité du bibliothérapeute qui ne doit jamais prendre sa tâche à la légère.

Pour prolonger cette lecture, j’ajoute à mon rebord d’étagère les essais de Marc-Alain Ouaknin, Bibliothérapie, Lire c’est guérir (Points, 2015) et Michèle Petit, Éloge de la lecture, la Construction de soi (Belin, 2016). J’ai également feuilleté l’ouvrage Remèdes littéraires, Se soigner par les livres d’Ella Berthoud et Susan Elderkin (Lattès, 2015 et Livre de Poche, 2016), très imposant et complet, ce qui n’est pas nécessairement une garantie de fiabilité mais une bonne source d’idées.

Les avis de Lis moi si tu veux, Le salon de Mr Pepys, Le fil rouge.

 

Les livres prennent soin de nous, Pour une bibliothérapie créative
Régine Detambel
Actes Sud, 2015. 168 p., 16€

Je lis mes amis, avec passion et une curiosité malsaine. Quand j’ai peur, je ne lis plus que mes amis. Et quand ma vie est trop dure, je n’arrive même plus à lire. Je ne rassemble plus les mots, je déprime. La phrase ne m’intéresse pas. C’est un symptôme. J’entends souvent, autour de moi, je ne lis plus depuis la mort de mon mari, depuis que je suis au chômage, depuis qu’elle est partie. Et puis, quelque temps après, ils avouent recommencer à lire un peu. L’effort de lecture est signe de guérison. Elle n’est pas seulement demande d’évasion et d’oubli, elle réclame, elle exige la saine présence du lecteur. Si l’imaginaire est resté là-bas, avec le mort ou l’absent, il n’y a plus de lecture. Voilà ce que j’ai cru comprendre. J’aime lire ne veut rien dire. J’aime vivre dans les livres est sûrement ce qui se rapproche le plus de la vérité.
P120

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s