Une pincée d’albums : première série

Les albums de l’été 2011

Voici une catégorie qui fait partie des nouveautés de Suspends ton vol 2.0. C’est une sélection de quelques albums qui ont retenu mon attention — dans la mesure où j’ai le temps d’en lire. Ici, pas de longues critiques, mais il se peut que j’isole certains titres pour m’attarder un peu plus dessus.

*** *** ***


Dans, Ramadier et Bourgeau, Ecole des Loisirs, « Loulou & Cie », 2011

Un très joli album, aux formes simples pour raconter la naissance aux tout-petits.

 

Il faut le dire aux abeilles, Sylvie Neesman, Nicolette Humbert, La Joie de Lire, 2011

Le thème du deuil et de la mort traité très intelligemment et avec sensibilité. J’ai vraiment aimé ces photographies où on sent une vraie présence. C’est sans doute l’album qui m’a le plus marquée, mais je ne sais pas s’il convient à des enfants avant 5 ans.

 

Mon premier livre des odeurs et des couleurs, Auzou, 2011

Je me suis dit « oula, un livre à sentir, à tous les coups, ça va puer. » Hé bien non, agréable surprise car les odeurs sont fidèles à la réalité. L’avenir nous dire si un tel album tient la route (particulièrement en bibliothèque après avoir été copieusement tripoté).

 

Plus loin que le bec des hirondelles, Annie Agopian, Magalie Bardos, Rouergue, 2011

Une jolie histoire sur la recherche de soi par le voyage… ou serait-ce une fuite? Parfois le bonheur est simplement au coin de la rue.

 

Le sourire du loup, Anne Brouillard, Il était 2 fois, 2011

Un album qui se passe largement de mots, réédité dans ce format plus portable mais qui fait sans doute moins effet que l’ancien grand modèle. Il aurait bien fonctionné en flip book aussi.

 

La plus petite histoire du monde, Sytou et Galou, Bilboquet, « Les trésors », 2011

Avec de jolies illustrations-collages, on nous raconte la plus petite, la plus ancienne et la plus belle histoire qui soit. Simple, très touchant et poétique.

 

Cours!, Lee Haery, La Joie de Lire, 2011

Il n’y a qu’à voir la couverture pour avoir un aperçu des magnifiques illustrations de cet ouvrage. Avec son format allongé, il prend de la vitesse entre les mains du lecteur et dans ses yeux. Une superbe représentation du mouvement.

 

Mon papa, il est grand, il est fort, mais…, Coralie Saudo, Kris di Giacomo, Frimousse, 2011

Qu’est-ce que j’aime les illustrations de Kris di Giacomo. Je ne m’en lasse jamais. Ici, plein d’humour avec une situation inversée : un papa qui fait des caprices pour aller dormir. Drôle, beau et toujours un bel album avec du beau papier, ça Frimousse, ils savent y faire.

 

Le loup ne nous mangera pas, Emily Gravett, Ecole des Loisirs, « Kaléidoscope », 2011

Encore une référence pour ce dernier album. On savait qu’Emily faisait une fixation sur les loups, les lapins en avaient été les premières victimes. Maintenant, c’est le tour des cochons! Toujours aussi drôle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s